A toutes fins utiles

Publié: décembre 10, 2011 dans Actualité: pertinence & impertinence, Au gré des lectures, Insertion/missions locales
Médaille de l’insertion.

Mercredi 7 décembre, le député René Dosière a eu le mauvais goût de faire adopter un amendement interdisant aux magistrats d’être décorés durant leur carrière. Or la Chancellerie distribue généreusement les médailles : Ordre national du mérite, Légion d’honneur… Il reste toutefois possible aux magistrats versés dans les baux ruraux de prétendre au Mérite agricole, décoration surnommée « Le Poireau »… dont on se doute qu’elle est portée avec moins de fierté que la rosette. Sentant le coup venir, le ministre de la Justice Michel Mercier vient de créer la « Médaille d’honneur des services judiciaires » dont la première promotion paraîtra en janvier. Les magistrats, dont la caractéristique première n’est généralement pas la maîtrise de leur égo, auront donc toujours leur ruban. Ouf… Rappelons cependant aux magistrats que ces médailles ne sont que la manifestation de stratégies d’obsolescence : « De même que la vieillesse donne des hochets à la jeunesse, pour la maintenir en état de jeunesse, de même la jeunesse donne des médailles à la vieillesse pour l’encourager à céder la place. » (1) Autrement dit, derrière toute remise de médaille, il faut lire « Exit » car « De même que les vieux ont intérêt à renvoyer les jeunes dans la jeunesse, de même les jeunes ont intérêt à renvoyer les vieux dans la vieillesse. » (2)

Au fait, comment se fait-il que personne n’ait songé à créer la médaille de l’insertion ? Une médaille miraculeuse à coup sûr.

Glose.

Voici un bout de temps que la mise en relation du discours peu économe sur l’accompagnement avec la charge de travail (150, 200… 300 jeunes en suivi) et avec l’obligation contractuelle d’un entretien mensuel participe plus d’un fonctionnement schizophrénique ou de la commedia dell’arte que de la réalité professionnelle : on clique, on clique pour cumuler des « actualités » comme d’autres collectionne des s’miles. Pôle emploi a trouvé la solution, grâce lui en soit rendue. Alors que le nombre de demandeurs d’emploi explose, non seulement le gouvernement ne prévoit pas de renforcement des équipes mais les 1500 contrats à durée déterminée arrivant à échéance ne seront pas remplacés, pas plus que 300 départs à la retraite. Que faire ? comme interrogeait Vladimir Ilitch Oulianov…  Mais bon dieu, mais c’est bien sûr : alléger le suivi mensuel des chômeurs en le réservant aux demandeurs d’emploi de longue durée ! Il suffisait d’y penser : moins d’accompagnement = moins de personnels. Il sera toujours temps, ultérieurement, de gloser sur l’importance de l’accompagnement.

Yaourt et pastis.

C’est paru dans Le Monde du 7 décembre 2011 sous le titre Les entrepreneurs doivent s’engager pour l’emploi. Neuf PDG, pas des moindres – Rhodia, Essilor, EADS, Lafarge, GDF Suez, SNCF, Pernod-Ricard, Danone et Schneider Electrice – signent une tribune sur le thème de la responsabilité sociétale de l’entreprise, thème dont on voit qu’il quitte le registre de qualité mais confiné du Centre des Jeunes Dirigeants ou délaissé de l’économie sociale : « développement économique et social de nos sociétés… ancrage territorial de nos activités… », tout y est et, si l’auscultation de certains de ces groupes révélait une conversion assez récente de type social washing, basta, considérons que vaut mieux tard que jamais ! Et que, tant qu’à faire, faisant feu de tout bois, il n’est désormais qu’à s’adresser à leurs filiales et établissements pour y négocier des places réservées pour les jeunes puisque ces pédégés s’engagent à favoriser « l’accès à l’alternance aux jeunes issus de milieux sociaux défavorisés et en difficulté, notamment en développant des dispositifs d’aide à l’orientation et de préqualification en partenariat avec les structures spécialisées. {…} En parallèle de ces actions, nous nous engageons à promouvoir la mise en place de dispositifs d’encadrement par nos propres salariés, soit pour les aider à choisir leur orientation professionnelle, soit pour les soutenir, une fois leur diplôme obtenu, dans leur recherche d’emploi. » Reste aux chargés de relations entreprises d’identifier sur leurs territoires et de prendre rendez-vous. De la prospection ciblée avec la garantie d’un bon accueil. Par exemple, pour Rhodia, on a dix sites de production : Belle-Etoile, Chalampé, Clamecy, Collonges au Mont d’Or, La Rochelle, Melle, Roussillon, Salindres, Saint-Fons et Valence… Finalement, trouver du travail aux jeunes, c’est trop facile !

A suivre…

(1) Jean-Claude Chamboredon, « Adolescence et post-adolescence : la juvénisation », in Anne-Marie Alléon, Odile Morvan, Serge Lebovici, Adolescence terminée, adolescence interminable, PUF, 1985, p. 22.

(2) Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Les éditions de minuit, 1984, p. 153.

Publicités
commentaires
  1. Jean philippe Revel - syndiqué CGT dit :

    Qui a cité Lénine … et sa célèbre phrase « La liberté pour quoi faire », dans « L’Etat et la révolution » ?
    Cela mérite d’aller voir du côté de Lénine et de celui qui l’a cité…pour en faire le tire d’un de ses ouvrages …
    bonnes lectures et merci Philippe pour ces résurgences nécessaires…

  2. Castel Jean dit :

    Lors d’une rencontre avec des délégués de ces boîtes parlant justement de cet engagement, je leur ai demandé si cela comprenait moins d’utilisation de l’intérim et de négociatins à la baisse des contrats de soustréaitance comme pour le nettoyage par exemple puisqu’actuellement les salariées de ces entreprises m’ont interpellé sur le durcissement des contrats et la dégradation des conditionsd e travail. S’en est suivi un petit débat où, ma foi, ils ont tentés d’être au moins francs ce qui est à mon avis déjà un bon début. Mais ensuite … qui vivra (survivra?),verra….
    J castel

  3. rbeaune dit :

    Juste pour faire remarquer à ces entrepreneurs que s’ils s’engagent sur des contrats de qualification ils ont un train de retard…
    A quand un engagement véritable pour garder les jeunes formés par alternance dans leurs entreprises???
    Ah oui c’est la crise…. et dans deux ans on ressortira les emplois en tension, les jeunes qui ne veulent pas aller dans l’industrie….
    La RSE s’inscrit dans une logique de développement durable… je ne pense pas que cela soit le meilleur exemple de sa mise en oeuvre….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s