L’adieu au prolétariat

Publié: janvier 12, 2011 dans Non classé

Crise.

Juste une réflexion, très rapide pour cause de déplacement, un tour à Tours. Hier soir,  à la télévision, l’émission spéciale reprenant celle animée par Yves Montand, « Vive la crise », nous a offert quelques moments d’émotion en particulier avec Xavier Mathieu, le délégué CGT de l’usine Continental Clairoix dont on se souvient pour le conflit social : délocalisation, licenciements massifs… En face de lui, un ex-ministre ultra libéral, Madelin…

Plutôt que de réécrire, je rapporte ici une opinion glanée sur internet. Et partagée.

« On a pas appris grand chose dans ce débat, en tout cas, moi, je savais déjà tout : Madelin est un « has been », qui voulait se faire mousser. Il a passer son émission à crier que, lui au moins, créait des emplois en France et des écoles en Afrique : pour se racheter un conscience quand on a passé sa jeunesse avec ses potes d’extrême droite à casser du gauchiste, faut bien ça. Puis il a étalé tout son humour, comme ca, sans prévenir : il nous apprend que les banques, principales responsables de la crise, ont agi avec « les meilleures intentions du monde ». Comprenez, elles voulaient être gentilles avec ces enfoirés de pauvres américains qui ne pouvaient même pas se payer un logement, alors elles ont prêté plein d’argent, mais ces radins n’ont même pas remboursé, et là KRACH ! Le système s’est effondre. Venant de l’ancien ministre de l’industrie qui s’était exclamé en 1986  « Personne ne peut dire qu’à un moment donné la sécurité des Français a été menacée par ce qui s’est passé à Tchernobyl », reconnaissons que c’est hilarant ! Ah le con, il a failli me faire pleurer de rire..

Pour lui répondre, Xavier Mathieu n’y est pas allé avec le dos de la cuillère… Le pire c’est qu’il a dit tout ce que je pensais ! Et je ne suis même pas syndiqué ! Que m’arrive-t-il ? Je me regarde dans la glace, non, mes cheveux ne poussent pas, je ne me transforme pas en Bernard Thibault.. Alors ou est le problème? Je regarde ce mec parler, j’ai l’impression d’être un ventriloque, de lui avoir fourré le bras là ou il faut et d’imiter sa voix..

Mais non, ca y est, je comprends ! Ce Xavier Mathieu est un être humain, un citoyen lambda, un gars bien loin des pseudo élites (dont Madelin se revendique évidemment).. En plus il a mis un T-shirt avec une citation de Coluche ! Un mec comme moi en fait, comme vous, comme nous ! Attention, quand je dis “nous”, je parle de ceux qui paient la crise actuellement, pas des traders ni autres profiteurs du système… Xavier, toi aussi tu m’as mis les larmes aux yeux, mais je ne riais plus du tout. Ce que tu disais était tellement juste, tellement sincère, que même avec ta tête de gros dur tu donnais envie de te câliner.

Je pense que nous sommes nombreux à nous reconnaitre dans son discours. Un mec comme moi, qui voudrait tout envoyer balader, faire exploser ce système injuste ou quelques nantis (pas les fonctionnaires, je parle de vrais privilégiés) mangent sur la tête de la France d’en bas comme ils nous appellent.

Je ne suis pas ouvrier. Je suis cadre. Je ne suis pas syndiqué. Je suis Parisien. Je ne savais pas placer Clairoix sur une carte avant cette histoire. Et pourtant, ce soir, j’étais Xavier Mathieu. »

Tout un monde qui s’effondre.

Pas grand chose à ajouter sinon ce qu’écrivait Danièle Linhart dans un ouvrage plusieurs fois recommandé ici, Perte d’emploi, perte de soi (2002, Eres). Il s’agit de la fermeture des usines Chausson à Creil. « Le sentiment d’inutilité et de perte de sens est encore plus fort, car ce ne sont pas que des hommes et des femmes qui sont devenus inutiles, mais c’est tout un monde qui s’effondre, avec ses règles, ses habitudes, ses valeurs, sa culture, sa force, ses réalisations, les souvenirs qui y sont enfouis, et toutes les traces d’un passé commun qui faisait sens. » (p. 33).

C’est dit.

Advertisements
commentaires
  1. rbeaune dit :

    Tout d’abord tous mes voeux aux lectrices et lecteurs de ce blog.
    Ensuite, juste quelques petits commentaires sur les évènements en Tunisie (je ne suis pas un spécialiste de ce pays). La première chose qui m’interpelle, c’est la réaction du pouvoir face aux manifestants : tout d’abord on « limoge » le ministre de la communication, après celui de l’Intérieur. C’est bien à l’image de notre monde : il y a un problème, cela tient à la forme et non au fonds… donc c’est un problème de communication, de média… Si les jeunes, les ouvriers, les chômeurs manifestent, c’est parce qu’ils sont mal informés, c’est parce que le maintien de l’ordre est mal assuré (c’est sûr et certain qu’il est très violent…) ce n’est pas parce que la politique et sociale laisse de plus en plus de personnes dans la précarité et la pauvreté. La seconde fait référence aux évènements en Grèce il y a peu. J’avais avancé ici l’idée d’une contagion par mimétisme de situation et un Livre vert, un Plan pour la jeunesse sont sortis… pas pour longtemps… mais certainement assez suffisamment longtemps pour refroidir le chaudron de la jeunesse… Alors bis repetita ????
    Enfin, comme annoncé l’année dernière, je tenterai d’apporter une contribution sur l’apprentissage… largement tirée d’une action innovante que nous menons depuis 2002 et qui s’est transformée en expérimentaton en 2009…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s