Missions locales : l’IGF et l’IGAS au(x) rapport(s).

Publié: octobre 18, 2010 dans Insertion/missions locales

Intelligence partagée.

Comme promis, une analyse partagée du rapport de l’IGF, mais également sa mise en perspective avec celui de l’IGAS, par Michel Abhervé et moi-même. Le fait que l’un et l’autre nous soyons bretons, qui plus est finistériens (et du nord Finistère), ne constitue pas un biais épistémologique. Du moins a priori. Lecture donc au choix sur ce blog ou sur l’autre, seules les illustrations peuvent varier. Bonne lecture et bonnes contributions !

Satisfecit partagé… avec de sérieuses nuances.

On l’avait vu avec la dépêche de l’AEF, le rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF) est nettement favorable aux missions locales. On pouvait ne pas s’y attendre, l’IGF partageant a priori assez médiocrement la culture de ces structures mais, pan sur le bec, il faut se défier de nos préjugés ! Peut-être la « supervision » de Jean-Baptiste de Foucauld n’est-elle pas étrangère à la bienveillance (1) – empathie serait excessif – de l’IGF. On observera toutefois que la culture économique, avec une surexposition du critère d’efficience, n’est malgré tout pas oubliée. Loin de là.(2)

Nous traiterons également dans cet article, en complément, des apports d’un autre rapport synchrone, cette fois de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), L’accès à l’emploi des jeunes des quartiers de la politique de la ville, qui s’il a une entrée spécifique, les jeunes des quartiers, n’en a pas moins approché de façon approfondie certains aspects du réseau des missions locales,  (y compris dans leur dimension rurale) et qui a formulé des propositions allant très au-delà  du champ de sa saisine.

En chœur…

Notons en introduction que les deux rapports, IGF et IGAS, s’ils ont des différences d’approche et des nuances significatives, que nous allons analyser, convergent et plaident pour un renforcement du réseau des missions locales

– IGF : « Tous les éléments qui concourent à la consolidation et à l’intensification du réseau sont utiles pour exploiter le potentiel du dispositif. » (p. 31).

– IGAS : « Le rôle des missions locales doit être réaffirmé dans l’accompagnement jusqu’à l’emploi des jeunes en difficultés. Le resserrement du réseau pour permettre une meilleure couverture territoriale et le traitement de difficultés ponctuelles sont nécessaires dans l’attente d’une réorganisation statutaire qui ne peut pas se concevoir dans une période de crise économique. » (p. 52)

Il est d’ailleurs probable que ces appréciations convergentes aient contribué à permettre de limiter les dégâts pour le financement par l’Etat du réseau en 2011, maintenant l’effort sur le financement de base alors que la baisse était actée en début d’été, même si la disparition des crédits du plan de relance pose problème alors que la situation de l’emploi des jeunes demeure critique. On lira avec profit l’article « Les jeunes sont doublement mis à l’écart » (Le Monde, 16 octobre 2010), dans lequel Olivier Galland décrit assez bien l’ampleur de cette mise à l’écart : « Mais la coupure est plus profonde. Les jeunes sont doublement à l’écart du reste de la société. D’abord parce que nous avons, d’un côté, les « insiders », des adultes qui occupent les emplois stables et, de l’autre, des jeunes triés de façon impitoyable par un modèle élitiste de sélection scolaire et qui peinent à trouver leur place. En quête du fameux CDI, la plupart finissent par y parvenir mais au terme d’un parcours semé d’embuches. Les jeunes sont aussi à l’écart parce que, face à cette société qui ne fait que leur entrouvrir la porte, ils se replient sur l’entre-soi, la culture émotionnelle, festive et communicationnelle. »

Sursaut.

L’intégralité du document de l’IGF totalise plus de 300 pages et cela fait beaucoup… sauf que le rapport stricto sensu dépasse à peine les trente pages… c’est dire le poids des annexes dont le statut ne signifie pas qu’il faille les ignorer ; on y trouve des données intéressantes et des calculs plus ou moins savants. Outre une étude statistique assez fouillée, l’IGF a enquêté auprès de sept missions locales, y auditant directions, personnels, parrains et partenaires, auprès d’animations régionales, de services déconcentrés de l’Etat, de collectivités, des instances du réseau (UNML, CNML), etc.

Bon, pour tout dire, à la quatrième ligne de l’introduction on sursaute en se disant qu’annoncer que « les investigations sur place ont permis de comprendre le métier des missions locales » augure étonnamment puisque, si Bertrand Schwartz est correctement orthographié, son rapport devient L’insertion économique et sociale des jeunes : l’insertion « professionnelle » mutant en « économique », on n’est pas très loin, tropisme institutionnel aidant, d’un lapsus qui, toutefois, n’atteindra pas celui d’une aussi célèbre que mal articulée inflation.

Trois parties pour ce rapport IGF : ce qui se fait dans les missions locales, comment, avec quels moyens et quels problèmes ? L’organisation du réseau, ses facteurs structurants, sa gouvernance ? Enfin, vingt-cinq propositions ventilées dans trois objectifs. Indisciplinés, nous ne suivons pas rigoureusement l’IGF mais irons assez rapidement aux propositions.

Fédérateur d’énergies.

« Des structures fédératrices dont la gestion et les résultats dénotent un réel potentiel », tel est le titre encourageant du premier chapitre (« L’expérience de fédérateur d’énergies des missions locales », peut-on aussi lire en annexe 3), ses trois paragraphes poursuivant sur cette « positive attitude » pour reprendre la jeun’s expression d’un ex-Président de l’ARF puis ex-Premier ministre signataires, l’une et l’autre même personne, des protocoles 2000 et 2005 : « Des structures fédératrices qui fournissent un service intégré d’accompagnement global orienté vers l’emploi » (1.1.), « Une situation financière saine dans l’ensemble mais d’importants points de vigilance à observer » (1.2.) et « Des résultats qui, bien qu’à considérer avec prudence en raison des insuffisances lourdes de l’évaluation, témoignent du potentiel des dispositifs » (1.3.).

Synthèse des forces.

Passées les quelques données financières (qui paye ? où est mis en évidence le fait que l’Etat n’a compensé que partiellement la baisse des financements du Fonds Social Européen ?), l’IGF reconnaît l’intérêt du statut associatif, « garant de l’autonomie des missions locales par rapport à chacune de leurs composantes » : « Etant juridiquement distinctes de leurs membres, les missions locales font la synthèse des forces économiques, associatives et sociales pour mettre en œuvre les politiques dont elles sont l’instrument. »

La fièvre jeune.

Elle reconnaît aussi la capacité de ce réseau décentralisé à toucher le public concerné et donc à assurer une bonne couverture,  même si elle met également en évidence de fortes inégalités territoriales. Le rappel que les jeunes accompagnés par les missions locales sont deux fois et demi plus nombreux que les jeunes inscrits à Pôle emploi en catégorie A révèle bien le caractère très relatif des statistiques produites par Pôle emploi concernant les jeunes et la faible crédibilité des analyses construites à partir de ces seuls chiffres pour affirmer que la situation de l’emploi des jeunes dans la crise ne s’est pas dégradée. Ben voyons, c’est comme l’essence qui n’a pas augmenté dès lors qu’on en met toujours pour vingt euros… Casser le thermomètre pour chasser la fièvre.

La mission sait aussi mettre de l’intelligence dans le traitement des données chiffrées. Quand elle tente de comparer les résultats respectifs pour l’accès à l’emploi de Pôle emploi et des missions locales, elle met en évidence le fait que Pôle emploi n’a parmi ses jeunes inscrits que 12 % d’un niveau V et infra, alors que les Missions locales en ont pour leur part  69%… ce qui rend toute comparaison aléatoire.

Encore un effort !

Les quatre inspecteurs qui ont commis ce rapport ne semblent toutefois pas avoir précisément compris ce qu’est l’approche globale. Ainsi, selon eux, celle-ci « est envisagée comme le moyen de lever les obstacles à l’insertion dans l’emploi », ceci signifiant une hiérarchisation entre social et professionnel, le premier étant au service du second : on est toujours dans un raisonnement qui sépare, cloisonne, hiérarchise alors que la pensée complexe, elle, relie. Encore un effort pour être systémiques, messieurs de l’IGF ! Mais il faut quand même saluer le fait que la mission locale est considérée, au-delà de pratiques locales qui peuvent différer, comme « un intégrateur de services en direction des jeunes » et qu’il y a bien un métier « consistant à fournir aux jeunes de 16 à 25 ans un service intégré, comportant d’une part une prestation d’accueil et d’accompagnement et, d’autre part, l’accès à des services produits par différents opérateurs locaux en général extérieurs à la Mission locale  … reposant sur trois piliers : l’accueil, l’entretien, les partenariats. » Bon, à la réflexion, il n’est pas certain que ce triptyque soit tout à fait exact : « projet – accompagnement – partenariat » conviendrait mieux…

Qui bene amat…

Des vingt-quatre premières pages qui précèdent les vingt-cinq propositions, on ressort avec le sentiment que les rédacteurs ont saisi quelques caractéristiques mais parfois s’y sont dispersés, de « l’engagement personnel parfois militant » des conseillers à l’accueil sur flux, du principe de subsidiarité (« si l’offre existe localement, la mission locale noue avec le prestataire les liens nécessaires {…} si le service n’existe pas, la mission locale peut le susciter. ») à une « capacité limitée à gérer des financements spécifiques » (FSE), des « difficultés méthodologiques d’évaluation de la performance des missions locales » à la « dénomination « mission locale » {qui} ne fait actuellement l’objet d’aucune protection juridique », etc.  Bref, la meilleure lecture peut s’inspirer de « l’attention flottante » chère aux psychanalystes avec, de temps à autre, un sursaut de la conscience soit parce que l’on est caressé, soit parce que l’on est piqué. Côté caresses, par exemple, « Il en ressort que les missions locales, globalement, atteignent les objectifs qui leur sont assignés par l’Etat » ; côté piqûre, autre exemple, un accompagnement des jeunes en CIVIS qui « reste assez peu dense : 6,2 entretiens par jeune en moyenne en 2009, ce qui est inférieur à l’entretien mensuel prescrit par les textes. » Précisons que les piqûres ne sont pas nécessairement contestables : qui bene amat, bene castigat… Entre ces deux pôles, laudatif et critique, quelques réflexions étonneront. Ainsi, s’agissant de performances, le fait que celles-ci « sont d’autant meilleures que le taux de chômage dans leur ressort {le territoire d’intervention} est faible » flirte avec le truisme : il est sans doute plus facile d’insérer professionnellement dans un bassin dynamique qu’atone.

Poireaux et carottes.

Autre comparaison, celle du coût des missions locales – 718 €/jeune suivi – comparé à ceux des centres Défense 2ème chance – 30 000 € – et des Ecoles de la 2ème chance (E2C) – 7 000 € -, qui mélange poireaux et carottes… seule la comparaison avec le contrat d’autonomie (1 860 € hors allocation) présentant une pertinence (voir sur ce sujet particulier l’article de Michel Abhervé « La mise en oeuvre du contrat d’autonomie condamnée par deux rapports officiels« ).

Pifométrie.

Dernier exemple, le constat selon lequel « un dialogue de gestion décentralisé est une méthode pertinente car elle permet de tenir compte des contextes locaux sans recourir à une modélisation statistique systématique complexe au demeurant inexistante », ce qui revient à considérer que la pifométrie suffit pour analyser et pondérer les indicateurs de résultats par les indicateurs de contexte et de ressources : si le bon sens des interlocuteurs de ce dialogue de gestion peut dans certains cas effectivement pondérer les résultats, force est de constater qu’on ne peut de ce postulat local en faire un principe général fiable et, subséquemment, qu’à l’échelle des quelques cinq cents structures le bon sens dérive en sens commun et traitement aléatoire. D’autant plus que l’IGF, dans l’annexe 3, écrit : « Dès lors, l’élaboration d’indicateurs de performance ne peut se faire de façon pertinente hors de la prise en compte du contexte local particulier. De même, cette contextualisation obère les comparaisons entre les structures. » (p. 97). Autrement formulé et comme exprimé dans « Les missions locales {encore} au rapport » (Philippe Labbé, 23 septembre 2010), « … à ce jour, aucun modèle n’a été conçu permettant de calculer cette corrélation, autrement dit on ne dispose pas des modalités de calcul des facteurs, traduits en indices, de pondération : les données de contexte, parfois fournies par les SEPES, parfois par les missions locales lorsqu’elles ont réalisé leur diagnostic territorial socioéconomique, sont exposées au verso de la première page de la CPO puis laissées de côté ou vaguement, pifométriquement, prises en compte pour le volet des résultats. » Venons-en aux propositions précédées d’un tableau méthode dite « SWOT », c’est à dire « Strenghts, Weaknesses, Opportunities, Threats » ou « Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces » (critères qu’il n’aurait pas été inutile de spécifier selon qu’ils sont internes – dépendants des missions locales – ou externes – indépendants des missions locales -).


Pour l’IGF, il convient de noter le bilan extrêmement positif fait de la mise en œuvre de la Convention Pluriannuelle d’Objectifs et de la capacité des missions locales d’atteindre et pour certains de dépasser largement l’ensemble des objectifs contractualisés, sans qu’il puisse être mis en cause une complaisance quelconque dans la fixation des objectifs : indéniablement les missions locales ont bien travaillé et l’IGF ne peut que déplorer que l’Etat n’ait pas fait de même en ne se donnant pas les moyens de capitaliser les résultats des CPO qu’il a pourtant initiées, faute d’avoir mis en place une base de données nationale, ce qui a conduit la Mission de l’IGF à devoir constituer les outils de consolidation préalables à toute analyse un tant soit peu rigoureuse.

Les vingt-cinq propositions.

Ces propositions sont ventilées dans trois objectifs : « Renforcer le potentiel fédérateur des missions locales », « Développer des incitations à la performance adaptées aux spécificités des missions locales » et « Consolider et dynamiser le réseau ». Tels que formulés, ces objectifs appellent peu de réserves… y compris cette « performance » puisqu’elle est pondérée d’une adaptation aux spécificités. Allons-y voir avec le contraste permis par le rapport de l’IGAS…

Un statut associatif garant de l’autonomie.

C’est sur la gouvernance que les deux rapports, celui de l’IGF et celui de l’IGAS, diffèrent le plus. Les deux inspections jouent plutôt à contre-emploi de leur histoire : l’IGF affirme l’efficacité du modèle décentralisé pendant que l’IGAS tente, mais sans y parvenir, à promouvoir un modèle organisationnel plus centralisé, car ses trois inspecteurs se fondent sur un a priori, qu’ils ne démontrent guère, à savoir que « le statut associatif, retenu à l’origine, pose de graves difficultés, pour une gouvernance en réseau. » On voit bien la totale différence d’approche avec l’IGF qui, elle, considère le statut associatif comme un avantage, affirmant même que « l’autonomie des structures… favorise leur dynamisme et leur capacité de synthèse » et va formuler des propositions pour améliorer la qualité du travail en réseau.

Dents de poule.

En conséquence de cet a priori, l’IGAS, dont le mandat ne comportait pas cet aspect, va pourtant évoquer différentes hypothèses dont elle doit elle-même constater l’inefficience, se rendant compte qu‘il est irréaliste d’envisager à toutes les collectivités de faire remonter leurs financements dans un GIP national ou dans une filiale de Pôle emploi, scénario qui aurait sa préférence  en cas de retour de la croissance et si l’état des finances de l’Etat  lui permettait  de se passer des financements des collectivités (ou quand les poules auront des dents). Faute de ce scénario rêvé, malgré les difficultés de Pôle emploi à assurer aux demandeurs le service d’accompagnement personnalisé promis qui ne semblent pas être parvenus aux oreilles des inspecteurs de l’IGAS, ils se rabattent sur une structure associative régionale où l’Etat jouerait un rôle déterminant, en omettant de prendre en compte les attentes des Conseils Régionaux et en ne traitant pas la question de la contribution financière des communes et communautés à une structure régionale…

Autant dire que les hypothèses de la mission IGAS ne tiennent guère la route, conduisant même à se demander ce qui les a conduit à s’aventurer, hors de toute commande et à partir d’une analyse très partielle dans ce volet de leur rapport.

A bout de souffle.

Il en est tout autrement des propositions de la Mission IGF qui, elle, mandatée sur ce sujet, ouvre des pistes d’évolution intéressantes : l’idée de créer un centre de ressources national pour la conduite de Parcours 3, avec un statut de GIP, offre une perspective pour sortir de l’étonnante situation actuelle, qualifiée  à juste titre de « modèle d’administration à bout de souffle »… qui ne peut donc perdurer bien longtemps sans une refonte organisationnelle, mettant celle-ci au niveau de la pertinence de l’outil technique.

Baroque.

La Mission IGF va aussi s’intéresser à l’organisation nationale, mettant en évidence l’anormalité d’une situation qui voit l’Etat désigner, seul, l’ensemble des missions locales siégeant au Conseil National des Missions Locales. Cela conduit à la situation relevée avec justesse du décalage entre les accords nationaux signés par le CNML et ayant «  un impact limité au niveau local ». C’est une figure de style que l’on appelle euphémisation. Elle va  proposer que la moitié des représentants des missions locales, en nombre réduit par rapport à une composition actuelle pléthorique (qui ne se traduit d’ailleurs pas par une participation en rapport avec le nombre de membres), soit désignée par l’UNML. Cette avancée, qui reconnaît le caractère représentatif de l’UNML dans sa dimension politique et pas seulement dans sa fonction employeur, nous semble toutefois encore imparfaite et porteuse de confusion de légitimités entre celle fondée par la nomination et celle basée sur l’élection par les pairs. Elle pose la question, évitée avec talent dans le rapport, de la Présidence de cette instance qui ne peut prétendre représenter le réseau en relevant d’une désignation par le Ministre, ce qui pourrait entraîner la mise à l’étude d’une hypothèse, un peu baroque, de co-présidence.

Une interministérialité introuvable.

Dans un champ voisin, la Mission IGF va montrer, sans le dire explicitement mais le laissant entendre à celui qui connaît un tant soit peu l’histoire,  comment la décision de supprimer la DIJ en 2002 a réduit le caractère interministériel indispensable pour un pilotage cohérent d’une politique d’insertion des jeunes, que ne peut conduire un Ministère, responsable d’une seule fonction, eût-elle l’importance de celle du retour à l’emploi.

Une autre différence, significative, entre les deux Missions porte sur les analyses qu’ils portent sur leurs visites de terrain. Peu nombreuses dans les deux cas, respectivement sept et huit, elles ne semblent pas relever, dans un cas comme dans l’autre, d’une méthode rigoureuse d’échantillonnage,  ce qui pourrait expliquer que leurs conclusions soient assez nettement décalées, l’IGF ne relevant pas de dysfonctionnements significatifs alors que l’IGAS en constate quatre sur huit sites. L’un de ceux-ci est analysé comme la conséquence des dysfonctionnements de la Maison de l’Emploi dans lequel la mission locale a été intégrée sans que ses objectifs et moyens spécifiques n’aient été respectés (voir à ce propos l’article de Michel Abhervé consacré à la relation entre missions locales et Maisons de l’Emploi : « Missions locales et Maisons de l’emploi : je t’aime, moi non plus ! » ; un autre dysfonctionnement est imputé «  à une erreur de recrutement »,  une troisième mission locale est accusée d’avoir « dysfonctionné pendant plusieurs années : délais importants pour recevoir les jeunes, problèmes de management, fort turn-over »… mais il est acté que les mesures de redressement ont été prises et que l’accompagnement social des jeunes est apprécié de Pôle emploi ; enfin la quatrième structure semble avoir des difficultés de relations avec Pôle emploi… alors qu’il est noté que les pouvoirs publics les placent en situation de concurrence lors de la fixation des objectifs des contrats d’insertion (sans oublier le choix de mettre en place sur le même territoire déjà bien couvert le contrat d’autonomie).

Ce rapide rappel montre que la mission IGAS a assez nettement exagéré les difficultés sans chercher à savoir si les situations qu’elle relatait étaient représentatives, ce qu’a fait pour sa part la mission IGF en recoupant les enseignements de ses visites de terrain et des donnés chiffrées disponibles, en particulier avec ICARE. Il est vrai que ce n’était pas l’objet de la Mission IGAS centrée sur les jeunes des quartiers… mais cela ne l’a pas empêché de généraliser des enseignements très partiels ! Partir d’un petit non significatif pour parvenir à un grand non représentatif, ou comment mal interpréter un précepte cartésien (« Partir du petit pour aller vers le grand… »).

Trente ans plus tard…

La mission IGF acte pour sa part une situation financière globalement saine et une réelle maîtrise de l’évolution de la masse salariale, montrant ainsi que la gestion par des entités indépendantes n’est pas synonyme de laxisme.

Il est à espérer que l’Etat acceptera de faire sienne la principale conclusion de la mission IGF, la force du système décentralisé et de la responsabilité de chaque association, ce qui n’est au fond que constater, trente ans plus tard, que Bertrand Schwartz avait raison de faire confiance à l’initiative locale et aux élus. Cette volonté qui est la première proposition de la Mission IGF, visant à « préserver l’autonomie des missions locales vis-à-vis de l’Etat, des collectivités locales et de Pôle emploi », en net décalage par rapport aux souhaits de la Mission IGAS, suppose en conséquence une affirmation claire de l’Etat. Cela permettrait de traiter, dans la confiance, les chantiers sur lesquels les deux missions mettent l’accent, et que nous résumons ainsi :

  • La relation avec Pôle emploi ne peut demeurer en l’état, dans un contexte d’intensification des relations avec les employeurs vivement souhaitée par l’Etat, qui suppose changement de la conception de la relation avec Pôle emploi, prenant acte comme le fait la Mission que Pôle emploi est devenu « un acteur minoritaire » de l’activité de placement.
  • L’Etat doit mettre à plat les critères selon lesquels il finance les missions locales et doit objectiver ses décisions pour tendre progressivement vers une adéquation, aujourd’hui inexistante, entre les moyens mis à disposition et le public à prendre en compte, et à une plus forte homogénéité dans ses taux de financement.
  • Un dispositif régulier d’audit doit être mis en place ainsi que des modalités de soutien aux structures rencontrant à un moment donné des difficultés.
  • Au-delà des certitudes de certains qui ne sont à ce jour étayée par aucune réelle approche concrète et des acquis de la fusion des plus petites des structures, un travail d’analyse doit être fait pour  déterminer la fourchette de taille la plus efficiente pour les structures du réseau… n’étant pas certain qu’au-delà d’une certaine taille le regroupement soit producteur d’amélioration des résultats et d’économies de fonctionnement.

En conclusion…

Suite à ces rapports, la balle est dans le camp de l’Etat qui doit affirmer clairement s’il fait sien le fondement de l’analyse et des propositions de la Mission IGF, à savoir la pertinence du modèle décentralisé. Mais elle est aussi dans celui des missions locales qui doivent toutes avancer dans la direction déjà empruntée par certaines : se doter d’un projet associatif de structure, démontrant ainsi sur leur territoire la capacité à construire une offre de service adaptée à la situation des jeunes, en associant ceux-ci à cette construction ; mettre en place, sans attendre qu’un schéma leur arrive d’en haut, une démarche dévaluation de l’impact de leur travail ; développer une réelle stratégie mutualisée de recherche et développement.

Notons enfin quelques propositions qui auront déjà été lues sur l’un ou l’autre de nos blogs :

Bonnes pratiques.

« … Les missions locales ont intérêt à s’organiser pour généraliser les bonnes pratiques – y compris dans une perspective d’égalité de traitement des usagers sur le territoire – et pour mettre des moyens en commun. » Cela relève du bon sens et, outre la règle de la synergie « 1 + 1 = 3 », cela favoriserait la mobilité inter-structures postes à temps partagé, la fertilisation croisée.

Place de l’Etat dans le C.A.

« L’Etat devrait être représenté au conseil d’administration par le DIRECCTE (ou son représentant). Les autres administrations n’y siégeraient pas. En outre, l’Etat ne participerait plus à la prise de décision au sein du conseil d’administration. Il aurait en revanche une voix consultative. » En effet, plutôt que de recenser les administrations en théorie présentes dans les conseils d’administration de mission locale, on aurait souvent plus vite fait de prendre l’annuaire des services publics. Cependant entre le pléthorique théorique et l’indigence d’un seul représentant de Etat, sans doute existe-t-il un dosage ni allopathique, ni homéopathique…

Mutualiser des équipes emploi dédiées.

« Structurer et développer l’activité de prospection d’offres auprès des employeurs des missions locales. Tirer les conséquences de ces orientations dans le cadre de conventions détaillées avec Pôle emploi et inciter les missions locales à évaluer et identifier les ressources à mobiliser pour développer la relation avec les employeurs, dans le cadre de leur plan stratégique. » Bon, c’est un peu emberlificoté comme style mais, grosso modo, on peut poser le scénario d’équipes dédiées, territorialisées et mutualisées « missions locales – Pôle emploi ». Ca se fait. Et ça peut s’inscrire dans une mobilisation elle territoriale (partant du terrain et non uniquement s’y déclinant) avec une « charte territoriale pour l’emploi et l’insertion des jeunes », voire – on peut rêver – avec un contrat d’étude prospective territorial (CEP multi-branches). L’IGF parle d’une possibilité de groupement de missions locales (« consortium ») qui « peuvent également utilement inclure d’autres partenaires présents sur la même échelle de territoire, apportant une expertise thématique, la mission locale chef de file agissant alors comme garante de la priorité accordée au public jeune. » Voilà qui résonnera particulièrement à quelques oreilles antillaises…

Ubiquité : vers et dans l’emploi.

« En effet, l’un des arguments forts de la prospection et du placement des missions locales est le suivi dans l’emploi qu’elles offrent aux jeunes, mais {bizarre comme agent de coordination} qui sécurise les entreprises. Cependant cette activité n’est pas toujours prioritaire dans les actions d’accompagnement, comme l’illustrent les taux de réalisation de cet objectif CPO plus faibles que la moyenne et une vigilance accrue sur ce point serait nécessaire. » Si chacun s’accorde à reconnaître l’importance du saut qualitatif du « vers l’emploi » à « dans l’emploi », chacun constate également qu’une nouvelle compétence devrait être incluse, à l’occasion de la refonte de la convention collective, dans le référentiel métier de conseiller : l’ubiquité. Ou comment être présent sur le flux, pour le stock et auprès des sortants.

Expression et participation des jeunes.

« De plus, la question de la représentation et de la consultation des usagers a progressé dans le secteur médico-social, puis plus récemment avec la loi relative au RSA. Les missions locales, qui ont été pionnières à cet égard, ne doivent pas rester à l’écart de ce mouvement. » On peut être dubitatif face à l’affirmation de missions locales « pionnières » quant à la consultation et l’expression des jeunes mais, sans doute, l’IGF confond-t-elle la philosophie de l’éducation populaire (ou « permanente ») et la réalité des pratiques. Toujours est-il que, oui, le chemin est tracé et aujourd’hui de plus en plus de missions locales se sont engagées et s’engagent dans ce qui est un point de passage obligé du fonctionnement démocratique et de qualité d’une structure : la place des « parties prenantes », dont les jeunes, qui ne peut demeurer un vœu pieu remis toujours au lendemain (où l’on rase gratis).

Projet de structure.

« Proposition n°3 : Demander  chacune des missions locales d’élaborer un plan stratégique (projet de structure) intégrant l’ensemble des contraintes et précisant le projet associatif et les actions prioritaires ainsi que les conséquences organisationnelles et financières. » Est-ce bien nécessaire d’en rajouter ? La CPNEF devrait incessamment, si ce n’est fait, décider d’une action de formation nationale prioritaire sur le thème du projet associatif de structure…

Référentiel d’évaluation.

Concernant le référentiel d’évaluation des missions de service public du CNML, l’IGF écrit « En définitive et sans nier l’intérêt d’une auto-évaluation notamment en termes d’appropriation d’outils et d’indicateurs, cette démarche n’est pas fondée sur des analyses qualitatives et quantitatives objectivées et communes au réseau. Elle constitue une démarche d’aide au management des directeurs de missions locales. » Le rôle d’un corédacteur de cet article ne permet pas d’en dire beaucoup plus mais, incontestablement, il reste à faire un travail de modélisation, depuis la construction progressive du référentiel (car comment évaluer si l’on ne dispose pas d’un référent à partir duquel mesurer le delta ?) jusqu’au calcul des corrélations entre indicateurs de contexte et de ressources avec les indicateurs de réalisation et de résultat. Cela a déjà été dit… ce qui permet de le redire.

 

(1) Ancien Commissaire au Plan, rapporteur en 2002 de la Commission pour l’autonomie des Jeunes dont le rapport a été soigneusement enterré après les élections présidentielles, et l’arrivée de François Fillon au Ministère du Travail et de l’Emploi, Jean-Baptiste de Foucault, entre autres engagements sur une sensibilité mounieriste (catholicisme social) comme Jacques Delors, est un des fondateurs de Solidarités nouvelles face au chômage. http://www.snc.asso.fr/ : « Solidarités Nouvelles face au Chômage ne sépare pas l’action individuelle et l’action collective : elles sont complémentaires. On ne peut pas changer la société sans changer soi-même. Il ne suffit pas de changer soi-même pour changer la société.

L’exclusion est devenue un problème majeur des sociétés démocratiques. Celles-ci doivent mieux s’organiser pour y faire face et mobiliser à cet effet les institutions, les entreprises, les partenaires sociaux et l’ensemble des citoyens.

SNC se veut l’un des maillons de ces nouvelles solidarités et se bat pour :- redonner leur place dans la société à des personnes sans emploi.

– leur donner le droit à la parole et à l’action.

– faire reconnaître la réalité et les particularités des phénomènes d’exclusion liés au chômage.

– promouvoir la mobilisation des acteurs de la société face à l’exclusion.

– soutenir la vie associative.

– contribuer à un véritable développement humain permettant à chacun de satisfaire ses besoins matériels, relationnels et spirituels, tous trois d’égale importance. » (in « Le sens de notre action, sur le site de SNC).

(2) Lire le commentaire de Jean-Philippe Revel à l’article de Philippe Labbé « Missions locales et Maisons de l’Emploi. Séparation de corps » (5 octobre 2010). Extraits : « Cette circulaire me laisse inquiet et dubitatif. La CGT est de ceux qui ont écrit au ministère à plusieurs reprises pour demander le « contrôle de légalité » promis notamment pour la région Picarde, championne de la disparition des ML. Ah, oui, j’oubliais l’essentiel : quand on veut édulcorer les choses, on parle de rapprochement, alors qu’il s’agit de fusion… Autre scandale : l’objectif est clairement affiché : réaliser des économies !!! »

Publicités
commentaires
  1. Jean philippe Revel - syndiqué CGT dit :

    Bientôt à lire l’avis de la CGT sur ces 2 rapports qui tombent bien …
    Mais les seules questions qui vaillent sont encore celles des moyens :
    -Maintien du plan de relance, en redéployant justement les moyens dévolus au Contrat d’automie !
    -Augmentation des salaires !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s