Betterave et maillots de bain

Publié: juillet 5, 2010 dans Non classé

Sauf événement particulier (l’époque est sans conteste féconde…) ou démangeaison scripturale, cet espace d’opinions, d’analyses et de propositions prend – ouf – ses quartiers d’été. Somme toute, les uns et les autres avez sans doute autre chose à penser… la rentrée, de toute façon, promet son lot d’engagement et de mobilisation : un Protocole 2010 à cet horizon, des journées des missions locales en octobre à Tours… Economisons-nous pour mieux rebondir !

De mon côté, un été studieux avec deux travaux susceptibles d’intéresser certains…

– Avec Michel Abhervé nous nous attelons à la réédition actualisée du petit ouvrage bleu désormais épuisé, L’insertion professionnelle et sociale des jeunes ou l’intelligence pratique des missions locales… qui datait – déjà ! – de 2005 : entre temps, de l’eau a coulé sous les ponts. En septembre donc, un livre actualisé, complété, dont les premiers bénéficiaires seront les participants des missions locales aux formations « Culture Commune » d’ores et déjà programmées.

– En octobre ou novembre prochain, je signerai un nouveau livre, Blog Memories 1. Insertion. Un titre en hommage à Baudrillard, Cool Memories, et qui reprendra les articles les plus intéressants de ce blog… du moins à défaut d’être les plus intéressants ceux que vous avez les plus lus et ceux que, de mon côté et peut-être avec présomption, je considère comme méritants la réflexion et la réflexivité que permet plus Gutenberg (le livre) que Marconi ou Google (le numérique). Eric Appéré aèrera de sa plume, par ses dessins et avec humour ces articles.

Bien sûr, si d’ici la rentrée il vous vient des envies d’écriture (telle la vérole sur le bas-clergé, dit-on…), ce blog vous est ouvert : vos contributions sont, comme toujours, bienvenues et, si elles me parviennent, il est (plus que) probable qu’elles m’incitent à ajouter ma pierre à l’édifice de cette intelligence partagée.

Les missions des missions locales : la betterave picarde…


A propos de « Culture Commune », les 1er et 2 juillet une quinzaine de professionnels picards planchaient à Compiègne… malgré la chaleur.

On connaît de la Picardie ses cathédrales… et ses betteraves. Cliché, bien entendu. Mais, face à celui-ci, les Picards ne manquent pas d’humour (1) et, dès lors qu’il s’agit d’analyser la Charte de 1990, expriment les missions explicitées dans ce document… tant qu’à faire avec une betterave (2). On retrouve ainsi des missions d’ingénierie (diagnostic actif du territoire, en fait « observation active du territoire », animation du réseau partenarial, mise en œuvre des politiques publiques, politique locale d’insertion, innovation) et « pédagogiques » (le fameux « AIOA », acronyme auquel s’est ajouté, par anticipation, le « R » de repérage qui, officiellement, devra cependant attendre le droit à l’accompagnement de la loi de cohésion sociale pour apparaître). En guise de notions-clés, trois feuilles : l’approche globale, évidemment, la contractualisation (libre adhésion du jeune puis pédagogie du contrat) et le territoire, proximité et ressource. Illustratif, vernaculaire et pourtant juste, somme toute.

Bonnes vacances!

(1) Il leur en faut, compte-tenu de l’évolution probable des MdE, là-bas MEF (maisons de l’emploi et de la formation)…

(2) Ici, pour cause de photo médiocre, la reproduction du schéma tracé au tableau par les participants à la formation « Culture Commune » de Compiègne…

Publicités
commentaires
  1. Jean-Christophe Chantrelle dit :

    L’initiative d’un recueil rassemblant les articles et contributions me semblent pertinent.
    Je crois qu’un des thèmes central est la définition du métier de conseiller et la place du social par rapport à l’insertion professionnelle. D’un côté les jeunes avec l’accentuation du chômage pour les moins diplômés sont en demande de besoins sociaux : se loger, se nourrir, se soigner, avoir le permis et de l’autre côté les pouvoirs publics attendent des résultats en terme de sortie positive, contrat d’au moins 6 mois. Le calcul politique est la différence entre : les input, entrée en insertion et les output : les sorties positives. Tout le dédale de l’insertion, la construction de projet, l’accompagnement, les galères, les échecs sont une boîte noire dans laquelle se trouve le nerf de la guerre.

  2. Excellent article, j’ai trouvé l’information que je voulais donc merci pour ce billet.

    Il y aura toujours des nouvelles collections de maillots de bain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s