Défense

Publié: mars 25, 2010 dans 1

Escalier…

Le ministère de la Défense vient de publier son Rapport Plan Égalité des chances 2009, une formulation bien martiale qui ne s’embarrasse pas de fioritures syntaxiques et agents de coordination (« sur », « de »…) : ça sonne net et tranchant comme un clairon le petit matin au lever des couleurs. Document en quadrichromie de plus de cent pages préfacé par un Hervé Morin défilant, ce rapport est un outil de communication qu’on feuillette sans trop peiner intellectuellement, sautant d’un vice-amiral à un général, tous imprégnés du postulat énoncé en première page par le ministre, ce « plan Égalité des chances qui accorde une place centrale à la notion de mérite individuel. Parmi les actions qu’il regroupe, quatre me semblent illustrer tout particulièrement la volonté du ministère de contribuer à la relance de l’escalier social. » Eh bien, il a fort à faire notre ministre… sauf à ce que l’escalier continue de descendre (1) ou qu’il soit labyrinthique (2) et ne mène à pas grand-chose comme ces tableaux d’Escher.

Quant au postulat méritocratique (le mérite individuel), faut-il rappeler sa faillite et son illusion ? Des « promesses déçues de l’ascenseur social » (3) aux « désillusions de la démocratisation scolaire » (4), de « La France, paradis de la prédestination sociale » (5) à « L’inégalité des possibles » (6), qui, raisonnablement, devraient inciter à abandonner l’égalité des possibles pour l’égalité des places (7) ?

Sur le strict registre de la communication, on se plaît toutefois à rêver à ce qu’un autre réseau, celui des piou-piou, qui n’a même pas un logo national décliné par ses structures, pourrait exposer, par exemple en suivant (au pas) l’improprement nommée Grande Muette qui, au chapitre « Partenariats », en recense six dont ont bénéficié en 2009… « plus de 400 jeunes ». Sapristi ! On sent que la question sociale et la crise des banlieues sont en voie rapide de résolution. Grâce à l’armée à défaut de la politique de la ville puisque, de toute part, on réentend ces jours-ci le couplet de l’échec de cette dernière (8).

59%.

Ainsi Ville-Vie-Vacances Défense, qui « permet aux jeunes issus des quartiers populaires de bénéficier pendant les vacances scolaires d’un accès à des activités éducatives, culturelles et sportives », a accueilli en 2009 plus de cent jeunes, étant précisé qu’il y en avait 63 en 2008. Belle progression, calculette en main, 59%.

Quand la musique est belle…

C’est probablement moins à partir d’Einstein, selon lequel une moelle épinière suffisait pour défiler au son d’une musique militaire, que sur la base de l’adage « La musique adoucit les mœurs » que l’armée de l’air a proposé la cession à titre gratuit d’instruments « retirés du service en mettant l’accent sur les zones défavorisées » et en partenariat avec l’association Développement, rayonnement des pratiques orchestrales scolaires… dont l’acronyme préfigurait l’inéluctabilité de ce rapprochement : DRAPOS. « Ce partenariat a rencontré un vif succès. Ce sont 159 jeunes qui en ont bénéficié en 2009. » Vif succès, donc. Pour ne pas dire « massif ». De quoi claironner.

Ohé, ohé, matelots…

La Marine ne reste pas à quai avec l’opération « Permis-Sport-Emploi ». La direction des ressources humaines du groupe GDF Suez et le général de Richoufftz se sont associés pour accompagner des jeunes des quartiers de Seine Saint-Denis. Un parcours (du combattant) de six mois avec « passage du permis de conduire, une formation sportive, un accompagnement vers l’entreprise et une formation civique et citoyenne. » La Marine a ainsi organisé « un stage de découverte et d’aguerrissement » (sic). Ah oui, combien de jeunes ? « Une centaine… » Aguerris, c’est l’essentiel.

Ca plane pour eux…

Manquait l’aviation… C’est fait avec « Les ailes de la ville » : des jeunes demandeurs d’emploi de longue durée, résidant sur les zones sensibles proches, tant qu’à faire, du Bourget, ont été mobilisés pour la construction d’un aéronef et la restauration de l’hydravion géant Le Bermuda (étonnant, ce nom… pourquoi pas « Le Short » ou « Le Caleçon » ?). La liste des partenaires est pléthorique, des missions locales aux PLIE, des maisons de l’emploi aux groupements professionnels : globalement une trentaine, c’est-à-dire le même nombre de jeunes concernés. Voilà ce que l’on appelle une approche individualisée. Considérons que l’efficience n’est pas une question recevable en la circonstance et qu’on la réserve pour les conseillers en charge de 200 « dossiers actifs ».

Naviguent sur les flots…

On pourrait citer l’opération « Chaloupe La Résolue », construction d’une yole, au sujet de laquelle est écrit « En France, aucune structure n’a encore intégré sur un même site des ateliers de fabrication, des salles de cours, des lieux de vie et un port accueillant des embarcations réalisées par les élèves. »… mais, pas de chance, et d’une, un tel dispositif existe depuis plusieurs années à Saint-Nazaire (je l’ai évalué, très positivement) et, de deux, on ignore combien de jeunes se sont exercés à la charpente marine. Enfin, tant que ce n’est pas le Radeau de la Méduse

Viril…

On pourrait également évoquer « Rugby Spirit 93 » et la « centaine d’élèves » qui apprennent les valeurs viriles de ce sport de voyou pratiqué par des gentlemen grâce au partenariat de la Marine (décidément très active, toujours sur le pont), de la fondation Jean-Luc Lagardère (9), de Sciences Po et de la gendarmerie nationale… J’avoue préférer les pandores avec le ballon ovale sur le terrain qu’en embuscade avec une caméra au bord des routes. Question de points.

Parti-pris…

Le rapport consacre quelques pages aux EPIDE, (établissements publics d’insertion de la Défense) en charge du dispositif D2C (« Défense 2ème chance ») mais, bon, je me suis déjà exprimé sur ce sujet dans Lien social (10) … avouant ce que chacun aura compris, un mauvais esprit dès lors que se pointe un uniforme : « Traiter d’un tel sujet exige un effort d’objectivité : l’armée, on est pour ou contre, rarement sans opinion, et, il faut l’avouer, je n’ai qu’une sympathie pondérée pour tout ce qui se trimbale avec l’idée d’armée. Question, probablement, de génération. La mienne a produit sa part de réfractaires, fils spirituels de Louis Lecoing et de May Picqueray… »

4 milliards pour l’insertion…

Ceci étant, il faut savoir évoluer. Si l’on consacrait à l’insertion des jeunes ne serait-ce que le dixième des plus de quarante milliards d’euros annuels du budget de la Défense, soit presque l’équivalent de ce qui a été dépensé au titre de la politique de la ville depuis trente ans, je serais prêt à réviser mon opinion… et contribuer à la refonte de la convention collective nationale des missions locales pour y intégrer des emplois repères de caporal-chargé d’accueil et de lieutenant de frégate-chargé de projet.


(1) Philippe Guibert et Alain Mergier, Le descenseur social, Enquête sur les milieux populaires, Fondation Jean Jaurès/Plon, avril 2006.

(2) Chantal Nicole-Drancourt, Le labyrinthe de l’insertion, 1991, La documentation Française.

(3) in Marie Duru-Bellat, L’inflation scolaire, 2006, Seuil, « La république des idées », p. 13.

(4) in Éric Maurin, La peur du déclassement, 2009, Seuil, « La république des idées », p. 33.

(5) in Christian Baudelot, Roger Establet, L’élitisme républicain, 2009, Seuil, « La république des idées », p. 69.

(6) in Éric Maurin, L’égalité des possibles, 2002, Seuil, « La république des idées », p. 54.

(7) François Dubet, Les places et les chances, 2010, Seuil, « La république des idées ».

(8) Par exemple, on peut écouter l’excellente émission quotidienne Du grain à moudre du mercredi 24 mars, « La politique de la ville a-t-elle empêchée une dérive à l’américaine ? » sur France-Culture.

(9) Pour celles et ceux qui recherchent des sous, cette fondation soutient dans son programme « Développer la solidarité » trois catégories d’actions : « Spirales de succès », « Sport dans la Cité » et « Culture à l’hôpital ».

(10) Philippe Labbé, « Mobilisation générale », n° 764, 8 septembre 2005.

Publicités
commentaires
  1. Laurent dit :

    Le descenseur social de Philippe Guibert et Alain Mergier peut être télécharger gratuitement sur le site de la Fondation Jean-Jaurès à :

    http://www.jean-jaures.org/Publications/Les-etudes/(year)//(month)//(day)//(namefilter)

    Bonne lecture.

    Laurent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s