CAF

Publié: mars 24, 2010 dans 1

CAF ne veut pas toujours dire Caisse d’allocations familiales…

La circulaire DGEFP du 12 juin 2009 précisait les conditions de mise en œuvre du « contrat d’accompagnement formation » (CAF), dispositif qualifié d’« exceptionnel » du plan de soutien à l’emploi (« Plan Jeunes », 24 avril 2009), qui visait 50 000 jeunes de niveau VI à II. Rappelons que les CAF sont des actions de formation prescrites par Pôle emploi et les missions locales auprès d’opérateurs, qui s’adressent tant à des jeunes « sortant récemment d’une formation initiale de l’enseignement secondaire ou supérieure n’aboutissant pas à l’emploi » qu’à « des publics qui n’ont pas atteint un niveau de formation suffisant pour s’insérer durablement sur le marché du travail ou qui n’ont pas les pré-requis pour accéder aux contrats en alternance. » Bref, ça balaye large. Il s’agit aussi d’orienter les jeunes vers les secteurs et les métiers ciblés considérés comme les plus porteurs. Tout ceci s’organise dans le cadre d’appels d’offres pilotés régionalement par Pôle emploi, les marchés devant être passés avec les organismes de formation à l’automne dernier et les premières entrées de jeunes étant prévues dès octobre.

Le CAF peut prendre deux formes : soit un parcours dit « certifiant » visant à obtenir un premier ou un meilleur niveau de qualification, consolidées par une première expérience de stage en entreprise ; soit un parcours « d’adaptation » visant prioritairement l’accès à l’emploi durable, y compris via les contrats en alternance, pour des jeunes dont la formation initiale n’est pas adaptée aux réalités du marché du travail local. Les opérateurs chargés de la prestation ont l’obligation de réaliser un suivi à trois et six mois, après la fin de la formation.

Impatience…

Le 25 février 2010, la même DGEFP a émis une « instruction » (n° 2010-09) « relative aux objectifs concernant les entrées de jeunes en contrat d’accompagnement formation ». dans les faits, seuls 9 900 CAF étaient enregistrés fin janvier 2010 : « Néanmoins, l’objectif de 50 000 CAF est maintenu », écrit la DGEFP sous la plume d’Isabelle Eynaud-Chevalier, chef de service, qui poursuit « Les entrées de jeunes en contrat d’accompagnement formation doivent donc être poursuivies jusqu’à ce que les objectifs qui vous avaient été fixés aient été atteints » et « en tout état de cause, ces entrées devront se poursuivre à un rythme soutenu d’ici l’été. » On comprend l’impatience de la DGEFP à la lecture des chiffres ci-dessous avec, selon les régions, des écarts de 2% à 51,2% (tiens, deux DOM !)…

Régions

Objectifs CAF

Résultats CAF Soit %
Alsace

1 170

79

6,7%

Aquitaine

2 363

430

18,2%

Auvergne

1 011

138

13,6%

Basse-Normandie

1 163

81

7,0%

Bourgogne

1 277

221

17,3%

Bretagne

2 150

359

16,7%

Centre

1 841

537

29,2%

Champagne Ardenne

1 252

488

39,0%

Corse

172

51

29,6%

Franche Comté

860

179

20,8%

Haute-Normandie

1 712

865

50,5%

Ile-de-France

6 849

2 172

31,7%

Languedoc-Roussilon

2 474

281

11,4%

Limousin

542

39

7,2%

Lorraine

1 720

332

19,3%

Midi Pyrénées

1 896

130

6,8%

Nord Pas-de-Calais

4 765

712

14,9%

Pays de la Loire

2 636

766

29,1%

Picardie

1 944

164

8,4%

Poitou Charentes

1 345

145

10,8%

PACA

3 992

40

10,0%

Rhône Alpes

4 297

596

13,9%

Guadeloupe

503

70

13,9%

Guyane

195

85

43,6%

Martinique

540

11

2,0%

Réunion

1 329

680

51,2%

Total

50 000

9 914

19,8%

Mémoire…

Il faut s’attendre à ce que les services déconcentrés mettent « direcctement » la pression… dans certaines régions plus que d’autres. Dans certaines de celles-ci, Pôle emploi dispose d’un nombre de places supérieur à ce que propose le PRDF de la Région et, coûte-que-coûte, il faut y faire entrer les jeunes. Si l’on ne se plaindra pas de disposer de possibilités de formations, on peut toutefois s’interroger sur le risque d’inverser la démarche – on le connaît déjà avec d’autres mesures et programmes : s’agit-il, partant des besoins, aspirations et possibilités du jeune ainsi que des opportunités de l’environnement, de mobiliser les mesures pour le parcours et le projet ou s’agit-il de satisfaire aux objectifs d’un programme en mobilisant les jeunes ?

En avril 2009, le CAF était présenté par le président comme devant permettre de « mettre à profit la période de crise pour proposer aux jeunes d’élever leur niveau de qualification et d’adapter leurs compétences aux besoins du marché afin de profiter pleinement de la reprise ». C’est étonnant comment l’histoire repasse les plats : le tout formation sur le registre « formons-les, cela sera toujours ça de pris en attendant le retour du beau temps » est exactement ce qui a motivé la création, en 1982, des PAIO. A l’époque, on rêvait sur l’air de « Changer la vie » au retour des trente glorieuses. Aujourd’hui, à quoi est-il possible de rêver ? A la fin de la crise ? Sans doute mais celle-ci n’est pas synonyme d’embellie : juste pour reprendre la fine rhétorique de Mme Lagarde, l’indication que le pire croît moins vite. Comme le chômage : on ne dit plus qu’il baisse mais que son augmentation est moins rapide.  Tout est affaire de mots.

Enfin, ce que j’en dis…

Pourquoi ça va si vite en Guyane ?

Une contribution de Bernard, conseiller à la mission locale de Rennes, sur l’article « CAF ».

« Bonjour Philippe.

Ton blog sur le CAF m’incite à des commentaires rapides mais venant du terrain. Je suis en train de mettre en place une formation en sécurité en partenariat avec Pôle Emploi dans ce dispositif CAF. Il nous (ML) a été demandé en urgence en août 2009 de faire une analyse de besoins. Nous avons répondu à la mi-septembre; nous avons reçu du P.E régional un avis de réception en janvier 2010 ; l’appel d’offres a été lancé, semble-t-il, vers les organismes de formation sans que la fiche descriptive de demande de formation n’ait été vu par nous… J’espère que les jeunes rentreront en formation à la fin mai 2010. Ça aura mis presque un an ! On comprend  les résultats! Pourquoi ça va si vite en Guyane et à la Réunion ou en Haute-Normandie et si lentement ailleurs ? La formation ne résout pas le chômage des jeunes sans doute mais l’absence de formation nuit à des milliers de jeunes qui pourrait trouver un emploi plus vite dans des métiers porteurs, C’est mon humble avis.

Nous sommes très loin du « tout formation » en ML, on voit la place qu’on y réserve en personnel par rapport à l’emploi! Je reste d’accord avec toi sur l’idée de mobiliser les moyens pour le projet du jeune et non de remplir des dispositifs… et l’on est loin du compte, en particulier pour la formation ! »

Publicités
commentaires
  1. pitondepierre dit :

    Prends moi ton chiffre et donne moi le tien, le CAF est fini…

    Dans la série « les aberrations de l’Ile » Saison Six, le CAF chez nous (à la Réunion) n’a pas encore démarré, nous devons en effet avoir nos premières entrées au titre de l’année 2009 avant le 30 avril 2010. Avec les 680 CAF avancés par la DGEFP ca doit être des CAF Marrons.
    Des ML ont certainement démarré quelques « stages CAF » mais je serais curieux de savoir comment ce « 680 » est arrivé à Paris. Si même les stats se mettent à être sur-indexées, les objectifs seront vite atteints.

    Suite aux prochaines remontées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s