Promotion(s)

Publié: mars 21, 2010 dans 1

J’ai déjà annoncé la sortie de deux nouveaux ouvrages dans la collection « Les panseurs sociaux » chez Apogée. C’est fait, l’un et l’autre sont tout chauds, sortis croustillants de l’imprimerie… mais pas encore en librairie : il faudra attendre un mois ou plus (organisation de la diffusion par les PUF)… pour les librairies qui proposent autre chose que des best-sellers.

Sous la plume de deux amis, Michel Gauchard et Ali Ait Abdelmalek, ces deux ouvrages ne nous content certes pas la même chose mais l’un et l’autre peuvent intéresser les piou-piou et c’est bien à ce titre qu’ils ont trouvé leur place dans la collection (1).

Semences d’aujourd’hui, compétences de demain est un livre coordonné par Michel Gauchard, dans lequel quinze jeunes Burkinabés livrent leurs histoires – peut-être s’en délivrent en nous les livrant – et leurs espoirs. C’est un ouvrage mais c’est aussi un projet de développement participant pleinement de l’éducation populaire.

Avec Edgar Morin, sociologue de la complexité, Ali Ait Abdelmalek nous propose une excellente introduction pour qui veut comprendre la complexité pour, ensuite, s’y plonger avec, par exemple, La Méthode que, soit dit en passant, il vaut mieux aborder par ses deux derniers tomes, L’identité humaine (V) et L’Éthique (VI) que par les quatre premiers.

Si, parmi les lecteurs de ce blog, certains souhaitent disposer de l’un, de l’autre ou des deux ouvrages, je peux, au titre de l’amitié et, pour Michel Gauchard décédé il y a un mois, de la mémoire, leur adresser par courrier ce ou ces livres (2).

Semences d’aujourd’hui… est à 17 euros, soit 20 euros en incluant les 3 euros de port pour la France métropolitaine (+ 1 euro pour les DOM : 0,02 euros/tranche de 0,10g).

Edgar Morin… est à 18 euros, soit 21 euros en incluant les 3 euros de port pour la France métropolitaine (+ 1 euro pour les DOM : 0,02 euros/tranche de 0,10g).

Tout cela par chèque à l’ordre de Apogée. Faut-il le préciser ? Je ne suis qu’intermédiaire et facilitateur gratias pro deo, les droits d’auteur allant à Ali ou à l’association créée par Michel et désormais animée par Clotilde, son épouse, pour installer, avec les artisans de Réo, un centre de formation professionnelle pour des jeunes Burkinabés.

Altérité, approche globale et évaluation systémique…

Autre promotion, largement justifiée, l’édition d’un opuscule, Et si on se parlait ? (3), par la mission locale de l’Est (MLE), une des quatre missions locales de l’Île de la Réunion, comme son nom l’indique à l’est de ce caillou volcanique. Il y pleut plus qu’à l’ouest mais les vagues de l’océan se cassant sur la côte verte d’humidité sont splendides… Ce carnet de bord de 31 pages nous conte l’aventure humaine, soutenue par la fondation Dexia, de huit jeunes partis avec la MLE à Mayotte : « Ce carnet de bord fait la synthèse de cette dynamique, de ces étapes, véritable périple de formation, de rencontres institutionnelles et culturelles. Lutte contre les discriminations, engagement associatif, découverte des institutions, de leur fonctionnement, rencontrer les jeunes de Mayotte ont été les bornes d’un vrai parcours civique pour nos jeunes adultes de la MLE. » (Éric Fruteau, président de la mission locale). L’ouvrage détaille ainsi le séjour d’une semaine, précédé de rencontres avec la Halde et la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité, de la visite du Conseil Général et d’un centre d’enfouissement des déchets (« Atelier citoyen : approche de l’écologie par le traitement des déchets »), d’une formation « Prévention Secours Civils 1 » avec la Croix-Rouge. A Mayotte, les jeunes ont visité… la mission locale de Mamoudzou, les institutions locales, des sites naturels (mangrove, lagon…).

Une telle expérience appelle trois idées.

– On est au cœur d’une démarche de socialisation dont le concept-clé est l’altérité, c’est-à-dire la connaissance et donc la reconnaissance de l’Autre en tant que sujet singulier, différent de soi et de plein droit. L’altérité, dont Roland Barthes disait avec justesse qu’elle est « le concept le plus antipathique au sens commun », est sans conteste, aujourd’hui et sous le double effet de l’individualisme et des peurs, ce qui fait le plus défaut et qui, pourtant, est à la base de la cohésion. « Et si on se parlait ? » est la question première qui ouvre à l’altérité, exactement à l’opposé de l’ignorance.

– De ce fait, on est ici dans l’ambition socialisatrice des missions locales, elle-même directement inspirée par l’éducation populaire : l’approche globale, ambitieuse, s’exprime le plus souvent par le projet d’insertion professionnelle et sociale mais que recouvre ce projet si ce n’est d’étayer chaque jeune pour qu’il parvienne, à sa mesure, à être Sujet (accomplissement individuel), Acteur (inscrit dans une communauté de liens), Citoyen (contributeur du « vivre ensemble » ) et Producteur (indépendance économique) ? Ces quatre dimensions s’interpénètrent, se combinent, rétroagissent. Là est la richesse de l’approche holistique.

– Reste que le hiatus est l’évaluation d’une telle action dont on imagine qu’elle produit évidemment des valeurs ajoutées d’image mais que ces dernières pèsent tout aussi évidemment bien peu face aux indicateurs exclusifs de « mise à l’emploi » et d’« entrées en formation qualifiante ». Du travail reste à faire pour que les « dialogues de gestion » incorporent ces dynamiques citoyennes et socialisantes… L’évaluation systémique, complexe, bientôt à l’ordre du jour des priorités de la Branche ?

(1) A ce propos, si la plume ou le clavier démange doigts et neurones, les manuscrits sont bienvenus et seront lus avec bienveillance. Les adresser en version numérisée à apogee.rennes@wanadoo.fr, à l’intention de Philippe Labbé, directeur de la collection « Les panseurs sociaux ».

(2) Par courrier à mon nom, 21 rue de Louvain 35580 Pont-Réan/Guichen.

(3) J’imagine que, si l’on s’adresse à la MLE, Jeannine, chargée de communication, se fera un plaisir d’adresser cette publication. Mission locale de l’Est, 02 62 51 18 60. Autre possibilité : je dispose de 25 exemplaires, ça pèse un peu plus de 100 g soit 2,22 euros en frais postaux : vous m’adressez un courrier avec une enveloppe affranchie à votre adresse et je vous poste le tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s