DIRECCTEMENT & oies blanches

Publié: décembre 4, 2009 dans 1

Une dépêche de l’Agence Emploi Formation (AEF, n°12390 du 3 décembre 2009) titre : « Christine Lagarde et Xavier Darcos ont arrêté la liste des préfigurateurs des DIRECCTE ». Pas de littérature, point de poésie, zéro sociologie… Allons direcctement au but : vos interlocuteurs régionaux.

Acronyme des acronymes…

Ces « préfigurateurs », comme leur nom l’indique et encore que « prefigurators » eût été plus offensif, sont chargés de conduire, sous l’autorité du préfet de région, les préfigurations des DIRECCTE (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) dans les vingt-deux régions métropolitaines. Au total, sur ces vingt-deux préfigurateurs, treize sont issus de la filière Travail-Emploi, les autres venant des services de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DRCCRF) et des services de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE).

Les DIRECCTE, qui devront être mises en place au plus tard le 1er juillet 2010, regrouperont les missions actuellement exercées par…

– les DRTEFP et DDTEFP ;

– pour partie, les services départementaux et régionaux d’inspection du travail, d’emploi, et de politique sociale agricole chargés des missions d’inspection du travail dans les directions régionales et départementales de l’agriculture et de la forêt ;

– les DRTT (directions régionales du travail dans les transports) ;

– les DRCCRF (directions régionales de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) ;

– les DRIRE (Directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement) pour les missions qui relèvent du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi) ;

– les DRCE (directions régionales du commerce extérieur) ;

– les DRCA (délégués régionaux au commerce et à l’artisanat) ;

– les DRT (Délégués régionaux au tourisme) ;

– les chargés de mission régionaux à l’intelligence économique.

Des noms !

Voici par région les noms de ces (heureux ?) nommés.

Alsace : Daniel Mathieu, administrateur civil hors classe, directeur de projet, actuel sous-directeur des carrières et des compétences à la Dagemo du ministère du Travail ;

Aquitaine : Serge Lopez, directeur du travail, directeur de la Direccte de préfiguration d’Aquitaine et auparavant DRTEFP d’Aquitaine et DDTEFP de Seine-et-Marne

Auvergne : Serge Ricard, directeur du travail, DRTEFP d’Auvergne depuis avril dernier et auparavant DDTEFP des Hauts-de-Seine ;

Basse-Normandie : Rémy Brefort, directeur du travail, DRTEFP de Basse Normandie depuis mars 2008 ;

Bourgogne : Isabelle Notter, directrice départementale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de l’Isère, depuis le 8 décembre 2008 ;

Bretagne : Élisabeth Maillot-Bouvier, directrice interrégionale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de la région Paca ;

Centre : Michel Derrac, ancien délégué général du Comité national des Conseillers du commerce extérieur de la France ;

Champagne-Ardenne : Jean-Paul Mimeur, DRTEFP de Champagne Ardenne depuis 2007 ;

Corse : Hervé Belmont, DRTEFP de Corse depuis 2007 et auparavant DDTEFP des Alpes-de-Haute-Provence ;

Franche-Comté : Bernard Bailbé, directeur de la Direccte de préfiguration de Franche-Comté depuis juillet 2008, DRTEFP de Franche Comté (2006-2008) et auparavant DDTEFP de la Côte-d’Or ;

Haute-Normandie : Philippe Dingeon, directeur du travail, DRTEFP de Haute Normandie et auparavant DDTEFP du Pas-de-Calais ;

Île-de-France : Joël Blondel, administrateur civil hors classe, chef de service à la DGT (direction générale du travail, ministère du Travail). Notons que le décret du 10 novembre 2009 relatif à l’organisation et aux missions des DIRECCTE ne s’applique pas, pour l’heure, à la région Île-de-France ni aux régions d’outre-mer ;

Languedoc-Roussillon : Alain Salessy, directeur de la Drire Languedoc-Roussillon ;

Limousin : Patrice Greliche, directeur adjoint de la DRIRE d’Île-de-France ;

Lorraine : Serge Leroy, DRTEFP de Lorraine depuis juillet 2007 et auparavant DDTEFP de la Réunion ;

Midi-Pyrénées : Hubert Bouchet, DRTEFP de Midi-Pyrénées depuis septembre 2006 ;

Nord Pas-de-Calais : Marie-Laure Balmes, DRTEFP du Nord Pas-de-Calais depuis 2003 ;

Pays-de-la-Loire : Alain-Louis Schmitt, ancien directeur de la DRIRE de Basse-Normandie ;

Picardie : Joël Hermant, directeur interrégional de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de Lorraine depuis mai 2008 ;

Poitou-Charentes : Patrick Menard, directeur régional de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de Poitou-Charentes depuis 2006 ;

Provence-Alpes-Côte d’Azur : Gérard Sorrentino, responsable du pôle Concurrence de la Direccte de préfiguration de Rhône-Alpes et auparavant directeur régional de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de Rhône-Alpes.;

Rhône-Alpes : Michel Delarbre, directeur de la Direccte de préfiguration de Rhône-Alpes et ancien DRTEFP de Rhône-Alpes.

Soit trois femmes pour dix-neuf hommes. 13,6%. La parité est en marche.

Compression…

On sait que cette réorganisation des services déconcentrés de l’Etat découle de l’esprit de la LOLF (loi organique relative aux lois de finances) et de la RGPP (Révision générale des politiques publiques), dont en particulier la règle consistant à ne pas remplacer un départ sur deux à la retraite qui s’est traduite par la suppression de 100 000 postes en trois ans dans les administrations de l’État (« Moins d’Etat, mieux d’Etat », dit-on…). On compresse donc… pas seulement les effectifs mais l’espace car il s’agit d’ « optimiser l’occupation des locaux », selon les termes d’Éric Woerth à l’ensemble des directeurs généraux d’opérateurs de l’État réunis à Bercy jeudi 3 décembre 2009. Ainsi, le ratio d’espace a retenu la norme de 12 m² par agent, alors qu’il atteint parfois 60 m². De la sorte et pour commencer, la réorganisation des services déconcentrés de l’État en 2010 doit permettre de faire passer le ratio d’occupation de 18,4 m² à 15,8 m².

Oies blanches

Konrad Lorenz (1903-1989), biologiste et prix Nobel, avait développé sur la base d’observations du monde animal (il aimait particulièrement les oies, pas toutes blanches) une « théorie de l’agression » qui révélait que les comportements étaient déterminés, entre autres, par une « causalité immédiate », la réaction à un stimulus, et qu’elle expliquait une logique de bouc émissaire (pour que l’amour soit possible, il faut haïr les mêmes choses). Parmi les facteurs stimulant l’agressivité, l’espace : plus celui-ci est dense, c’est-à-dire plus il est peuplé d’animaux (par extrapolation, d’individus), plus ceux-ci sont agressifs. Pour parler simplement, prenez un fonctionnaire dans un bureau de 60 m², il s’épanouit, pose sur son bureau une photo de son épouse bienveillante, agrafe au mur le dessin du petit dernier en CE2, juste à côté d’une caricature extraite de Liaisons sociales. Ajoutez dans le bureau un second fonctionnaire, ils vont après un temps d’observation réciproque trouver un modus vivendi. (sur la cafetière, etc.). Introduisez un troisième puis quatrième agent, le thermomètre du climat social va monter en chaleur tropicale : deux contre un ou deux contre deux. Comme « Open space m’a tuer », on va cloisonner, on arrivera aux 12 m². En plus, on fera intervenir un consultant pour constater des problèmes de communication.

Le bonheur n’est pas dans le près…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s