Last but not least

Publié: novembre 15, 2009 dans 1

Une contribution de Jean-Philippe qui, j’avoue, me fait du bien. Au terme de celle-ci, une nouvelle. Sous forme de révérence.

JP REVELJean-Philippe

« Plusieurs remarques :

1) Je constate que plus l’article est long, étayé, et abordant des questions que je qualifierais de « structurantes » pour le réseau des ML/PAIO, moins il y a de commentaires (réactions ?).

Cela m’interroge … Je laisserai Philippe Labbé analyser cela.

2) Faut-il encore et toujours amorcer cette structuration du réseau et remettre chaque jour sur le métier cet ouvrage ? Oui sans aucun doute… mais Philippe Labbé ou quelques autres dans leur coin mériteraient une plus large audience.

Le réseau ML/PAIO a besoin de cette structuration. Bien évidemment les textes existent, les références également. Mais il faut aller au delà.

3) Vers une véritable « culture commune » (que je définirai comme ensemble de l’étayage visant à structurer nos pratiques).

De mon point de vue, le contexte est favorable à cette construction d’un étayage structurant « des pratiques » (certains diront praxis). Pas de pratiques sans théorie ! C’est toujours le lien entre les deux qui pose souvent question aux cartésiens que nous sommes.

4) Un Lien aussi politique ?

De mon point de vue, la nécessité d’établir ce lien et de poursuivre la construction de notre culture commune peuvent relever d’une volonté politique de la Branche par exemple. Le manifeste a ouvert la voie à une dynamique qui doit permettre aussi cela.

5) Des formations dites « nationales » élaborées par la Branche concernent notamment la déontologie, la culture commune … le socle (corpus, en tant qu’ensemble d’enseignement) est en cours de constitution.

6) Un institut des ML/PAIO.

S’il en va des « maisons » (de l’emploi, du handicap, des adolescents, etc…) comme des « Grenelle » (insertion, environnement etc.), faisons le choix d’un institut fondé sur trois axes : Etude/Recherche (R&D), ingénierie de formation/consulting, formation/action.

C’est le projet que mérite les ML/PAIO, pivot de l’accompagnement des jeunes mis en difficulté. »

P.L. Bien,… Guère utile de s’appesantir sur ce qui précède : chacun qui aura fréquenté ce blog sait que, en tout point, qu’il s’agisse du « pas de pratique sans théorie » (et l’inverse) ou de la nécessité de cohésion d’un métier à partir d’un corpus commun stable, robuste, issu et contrôlé par les pairs (« un institut ») ou encore de l’incongruité  d’un secteur professionnel où la recherche et développement est au mieux considérée comme « oui, intéressante », plus communément comme une portion congrue accessoire, ce qu’écrit Jean-Philippe résonne en parfaite harmonie avec ce que, sans doute avec trop de redondance, insuffisamment de régularité, j’ai tenté sur cet écran.

Cependant force m’est de constater deux choses.

MayonnaiseMayonnaise

« Eduquer ce n’est pas remplir un vase mais allumer un feu », énonçait Montaigne… le même que celui des Essais pour lequel je m’étais amusé cet été à quelques digressions. La philosophie de cet espace était à cette aune… ne serait-ce que parce que avancer sur un projet global de professionnalisation exclut – sauf orgueil métastasé – de le faire seul et nécessite d’avoir en tête que « Comprendre, ce n’est pas tout comprendre, c’est aussi reconnaître qu’il y a de l’incompréhensible. » (1) Pour autant, hormis quelques « habitués » (merci à eux, très sincèrement), la mayonnaise n’a que peu pris, l’intelligence – enfin, une forme d’intelligence – étant demeurée plus distribuée que partagée. La tentative d’« invitation à l’intelligence partagée » a, entre autres, échoué. C’est, sinon totalement explicatif (2), du moins symptomatique. De quoi ? De ce que le « réseau » n’est, du moins en ce qui concerne la production d’un savoir, qu’une esquisse de réseau ou, plus exactement, un pseudo-réseau puisque la règle de base du fonctionnement réticulaire est la réciprocité, contributeur-rétribué. Ce qui n’a été que rarement le cas et, comme dit, souvent assuré par les mêmes : règle de Pareto, 20% des contributeurs produisent 80% des contributions. Mais que font les 95% de lecteurs non-contributeurs sinon potentiels ? Un an et demi de balise Argos à clignoter : les batteries s’usent… et le doute s’installe sur le projet d’un agir communicationnel (3) qui s’enlise dans la logique antinomique d’expertise ou, pire, dans un soliloque. «Le vide de ces espaces infinis m’effraie », écrivait Pascal…

597px-Pierre_Corneille_2Corneille

Lorsque Jean-Philippe observe le peu de contributions – aucune sur le dernier article visant à construire en concept la notion d’accompagnement – il n’a pas tort… sinon que, administrateur de ce blog, j’en connais la fréquentation… qui tendanciellement s’infléchit et, donc, ne se limite pas à un article. A l’inverse du Cid – « Nous partîmes cinq cents mais, par un prompt renfort, nous nous vîmes trois mille en arrivant au port » – et hormis quelques pics, ce ne sont désormais que 200-250 personnes qui quotidiennement lorgnent sur ce blog, dont une partie très probablement au hasard des facéties d’orientation de Google. Il faudrait analyser, bien sûr, le pourquoi d’une si faible appétence sans rien oublier, depuis la perception de la pertinence des articles par les lecteurs dont certains ont pu être irrités par des positions politiques – j’espère jamais politiciennes – jusqu’au manque de souffle pour la réflexion et la réflexivité… qu’il est vrai les conditions professionnelles concrètes ne favorisent qu’exceptionnellement (4). Sans omettre l’épuisement de l’auteur, un peu de la même nature que celui que l’on doit ressentir à tenter et retenter de planter un clou dans un jet d’eau.


DownloadedFileRévérence

J’ai donc décidé de lever le pied et d’interrompre ce blog. L’ami X de DocInsert n’y est pour rien, en tout cas au titre d’une éventuelle contamination. Assurément d’ailleurs, reviendra-t-il rapidement… mais je n’en dis pas plus. D’autres rédacteurs continuent et le font remarquablement : entre autres, Benoît Willot avec Emploi et Création, Christian Bensi avec Informer autrement, l’ami Michel Abhervé et son blog.

Ainsi coule la vie : les cellules mortes permettent les cellules vivantes ; les défunts blogs ouvrent un espace pour de nouveaux blogs ou renforcent ceux qui demeurent. C’est une leçon d’Héraclite : « Vivre de mort, mourir de vie ».

Autre leçon, cette fois tirée d’Edgar Morin, inspirateur inépuisable : la complexité, c’est l’aléatoire. J’interromps donc, revenant à mes habitudes pré-numériques (Gutenberg) de publications dans des journaux et revues (assurément, on ne se défait pas d’un coup de trait de l’addiction à l’écriture)… car qui sait ce que sera… non, quand même pas demain, mais peut-être après-demain ? Ceci, c’est une autre histoire.

Merci à celles et à ceux qui ont cheminé un peu-beaucoup-passionnément sur ces mots. (5)

MargueriteRévérence.

(1) Edgar Morin, L’éthique. La méthode 6, 2004, Seuil, p. 139.

(2) Il est possible qu’une autre explication recouvre tout-à-fait simplement la légitimité de l’émetteur. Sans doute un tel espace d’analyse serait-il mieux porté par une entité labellisé.

(3) Il a été à plusieurs reprises question ici de l’agir communicationnel développé par Jürgen Habermas dans Théorie de l’agir communicationnel (1987, Fayard).

(4) Peu de missions locales ont structuré la R&D et « l’échange de pratiques » qui, de ce que j’en connais, n’y suppléent pas.

(5) Je laisse ce blog ouvert, libre d’accès, pour que les piou-piou qui le souhaitent aillent y piocher au gré de leurs besoins et envies.

Publicités
commentaires
  1. Fan dit :

    Oh non… Excellent blog pourtant.
    Bonne continuation.

  2. Docinsert dit :

    Et bien, ils ne savent (vraiment) pas ce qu’ils perdent… Réseau… Réseau !… Réseau ? R-E-S-E-A-U… que diable !!!

    Réseau – Wikipédia :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau

    [Extrait]: « Un réseau est un ensemble de nœuds (ou pôles) reliés entre eux par des liens (canaux). Les nœuds peuvent être des points massiques simples ou des sous-réseaux complexes. Les canaux sont à leur tour des flux de force, d’énergie ou d’information. »

    FORCE ? – ENERGIE ? – INFORMATION ?…

  3. Tu verras, c’est une drogue dure. On y revient plus vite qu’on ne le croit
    A très bientôt

  4. C’est une drogue dure comme le dit Michel. Et pourtant je comprends !

    Docinsert en premier, la grande inaction que je sens chez les copsy sur leur forum, maintenant l’abandon de ce blog. Moi-même je traite de plus en plus les questions d’information par le biais des technologies et beaucoup moins l’activité des structures ou les réformes.

    Le très réel décalage des réformes proposées avec la réalité du terrain endort les acteurs. On nous chante une berceuse, triste berceuse ! L’impression que quoi qu’on dise quoi qu’on fasse, rien ne sera entendu.

    Bonne route et peut-être à bientôt, sous une autre forme peut-être. Laissons le temps au temps !

  5. Joachim dit :

    Difficile de mesurer l’impact que nos actes peuvent avoir. Pour ma part, la lecture des articles de Philippe et autres consorts est toujours un moment de réflexion et de prise de distance par rapport au quotidien des conseillers en mission locale. J’ai fait la promotion de ce blog autour de moi et il est vrai que l’inertie pour ne pas dire l’apathie des autres peut décevoir. Je mets certainement la barre trop haute. Encore merci pour ces articles. Pour ma part, je continue… à y croire

  6. rbeaune dit :

    C’est la saison… les feuilles mortes se ramassent à la pelle… Après Docinsert, un autre outil de communication du « réseau » (je le mets toujours entre guillemets) se met en veilleuse…
    Pourtant, comme Jean-Philippe, je crois que c’est peut-être une nouvelle période qui s’ouvre avec le manifeste et le livre pour la jeunesse, avec une reconnaissance accrue après une période où il fallait imaginer qui allait manger les Missions locales…
    Pourquoi si peu de réactions??? j’en suis désolé, mais pas surpris… La gestion a pris le dessus et la course aux résultats prime… L’individualisme voire la concurrence gagne du terrain… De plus, si une communication interne et externe propre aux missions locales est encore à construire, il faut garder ces espaces de liberté qui confrontent les opinions, les idées… Seul le débat est consructif et fait avancer les idées…
    Si, sur docinsert j’ai quelques idées pour maintenir ce service oh combien précieux, je suis preneur de pistes pour maintenir un lieu d’échanges comme celui-ci avec Philippe comme contributeur et non plus comme animateur…

    • Docinsert dit :

      [je suis preneur de pistes pour maintenir un lieu d’échanges comme celui-ci avec Philippe comme contributeur et non plus comme animateur…]

      A la manière d’un Forum dédié spécifiquement au réseau, par exemple ?
      Style :

      LE FORUM (non-officiel) DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN PACA
      http://cisp.exprimetoi.net/

      ou encore, plus sommairement mais non moins efficace, sous forme de liste de diffusion professionnelle, telle celle de l’Adbs pour les documentalistes (par exemple…), facile à mettre en oeuvre sous yahoo ou google groups (toujours par exemple…) ?

  7. Le concombre dit :

    Quel dommage et de quel ennui vont être nos pauses journalières… il va me manquer une respiration…

    L’idée d’un forum est plaisante, avec un édito régulier aussi, une lettre d’info mensuelle??

  8. DB dit :

    Merci Philippe, pour ces riches heures de contributions et d’échanges ! Il n’y avait pas tant de fenêtres ouvertes avec bienveillance sur et pour les ML. Chapeau bas et à bientôt !

  9. Jean-Philippe Revel - syndiqué CGT ML/PAIO dit :

    Une idée ?
    Une perspective !

    Protocole 2000,
    Protocole 2005, …
    sans doute un protocole 2010 : autour de la notion de Missions locales pivot de l’accompagnement des jeunes mis en difficulté ?

    Nous proposons d’y intégrer alors : la culture commune (avec le lien articulant théorie et pratique), la recherche et développement, la déontologie, la formation et l’ingénierie associée, …

    Notre « blogmaster » préféré mentionnera également la charte de 1990, lui qui n’a eu de cesse de rappeler ces textes fondateurs mais si peu fédérateurs (ah, le réseau …quel réseau ?)

    Enfin, Philippe, que fais-tu du fameux « Nulla dies sine linea » … le réserveras-tu au papier ?
    Et dès lors que deviendra notre  » Pas un jour sans blog de labbé » !

    Respecteux salut.

  10. Piton de Pierre dit :

    Conseillères, conseillers,

    C’est avec un tiers d’amertume, un tiers fatalisme, un tiers révolte de et un tiers de tristesse, que je perds, que nous perdons à la fois, un tiers de guide, un tiers de professionnelité, un tiers d’actualisateur et un tiers de camarade.

    Comme la justice perd ses instructeurs, la cour des comptes ses compteurs, l’insertion vient de perdre son panseur. Même si contrairement au deux autre cette dernière n’est que virtuelle, son effet sera du même acabit et dans le même silence assourdissant.

    Nous avons tous notre Dame de Haute Savoie, pour nous évader et trouver Air et Amour pur et frais. Avec Philippe notre Sieur de Haute Bretagne, qui nous faisait levez le nez des vagues, nous trouvions force et liaison synaptiques pour pousser la roue de Deming. Maintenant il va valoir un cric.

    Tchouang-Tseu nous disait en son temps « Quand le monde est en ordre Le saint accomplit sa mission, Quand le monde est en désordre Le saint préserve sa vie. »
    Alors Philippe « quand les missions vont en désordre oublie ta pipe de demain et ressort ta plume d’hier ». Pierre. Maréchal-ferrand

  11. pioupiou44 dit :

    Avec ces 2 sites (celui-ci et doc insert), j’alimentais mes collègues pioupious en infos toutes fraîches. Le temps que nous ont fait gagné ces 2 ressources était ENORME.
    Je n’ose imaginer le temps de recherche à passer par chacun d’entre nous pour récupérer ces mêmes infos …
    Au passage, bravo à Piton de Pierre, un peu de poésie dans ce monde de brutes EPAISSES fait du bien.

    En lisant le texte de Philippe, j’ai repensé tout à coup à mes premiers cours de socio où le prof nous a expliqué notamment le don et le contre-don.
    Le contre-don est-il en train de disparaître dans notre société (ou alors dans notre milieu professionnel)? Comme les 2 marchent ensemble, cela veut-il dire que le don va disparaître aussi ?

    Bon, ne restons pas sur ces questions propres à décrocher les neurones d’un poulpe endormi !
    Parlons crûment : ça fait CHIER de perdre 2 sites de qualité en moins d’un mois ! En plus, avec Philippe, on pouvait aussi en rire. J’ai découvert notre patatoïdité, ce qui a transformé ma vie …

  12. Labbe Claude dit :

    Cher frère,
    L’automne est traditionnellement la saison des doutes (non, il ne s’agit pas d’un champignon dont tu ne connaitrais pas l’existence). Tu tourne la page avec une certaine amertume. Les contributions sont trop faibles et tu penses que tout ça ne sert pas à grand chose. A lire les commentaires suite à ta révérence, j’ai tendance à penser que tu te trompes. A venir épisodiquement lire des trucs que je comprends à peine sur de sujets qui me dépassent, tu contribuais à me ressourcer les neurones avec une énergie non polluante !
    D’un autre côté, mon cher frère, il m’apparaissait que tu consacrais peut-être de trop longues heures à ce blog (voilà le moraliste !). Je ne peux pas imaginer que tu ne reviennes pas un jour vers cet outil thérapeutique, mais il y a vraisemblablement un danger à surconsommer ce qui peut s’apparenter à une drogue (surtout quand on a une propension et un plaisir évident à manier le mot, la phrase, le concept, …).
    Ce qui est formidable dans ton annonce, c’est que tu auras plus de temps pour te consacrer (provisoirement, avant que tu nous sortes un autre projet) à la lecture du mien. Si je ne te vois pas dans la liste de mes fans, je vais me vexer ! (je plaisante).
    Et si tu nous faisais une petite (petite) revue de presse hebdomadaire ? Tu prends 5 ou 6 sujets, et tu nous mets 3 phrases de commentaires bien senties, une petite illustration, …
    Je crois que le blog est victime de la maladie des temps actuels : le zapping. Il faut que les textes soient courts, que l’accroche soient amusantes, pour que ça marche. Mais de toute façon, ce n’est pas parce que les visiteurs ne déposent pas un commentaire que ça ne les intéressent pas. C’est difficile de mettre un commentaire : dispose-t-on de la compétence ? est-ce un sujet sur lequel, spontanément on a un avis ? Est-ce que tu vois beaucoup de gens prendre des notes et travailler un article lu dans un journal ? Tu appartiens à une élite, mon cher frère ! Mais si, mais si : pas de fausse modestie. Je sais, Bourdieu te fustigerait peut-être ! A+ (il y aurait tellement de choses à dire sur cette question du blog). Nota ultime : je découvre ce même jour 2 tentatives de suicide (de blogs) ! Je vois que je ne suis pas le seul à constater que les blogs tombent en automne comme les feuilles mortes. J’ai passé tout mon week-end à ramasser des feuilles mortes ; je n’ai pas du tout envie d’en chier à nouveau avec des blogs !

  13. vincent PLovier dit :

    Philippe,
    Rien n’est jamais inutile!
    Comme beaucoup, sur ce blog j’ai apprécié tes écrits et les réactions qu’ils ont provoquées.
    J’espère que ce blog restera consultable car il est une mine d’informations et je le conseille régulièrement tant à mes collègues qu’aux étudiants en intervention sociale…
    Bravo pour cette initiative magnifique.
    A bientôt, je l’espère.
    Merci.
    Respectueusement.
    Vincent PLOVIER

  14. chabada dit :

    Serait-ce un exemple de nos « mauvaises » pratiques? Ne pas mettre à profit ce qui procurait du lien ? La période est à l’accumulation : de travail, de résultats… et prend le pas sur les échanges, la réflexion. Cela se ressent au quotidien où on est assailli d’infos sur les places à pourvoir en formation, les entretiens de fin d’année où nous sommes évalués sur le nombre d’entrées dans les programmes, les élections syndicales qui ont du mal à mobiliser les troupes… Pourtant tiens, la manif numérique a rassemblé quelques adeptes. Un clic c’est pourtant pas difficile. Cela le devient quand il s’agit de mettre la main à la pâte. Savoir prendre de la hauteur et voir notre métier d’une autre lorgnette. La proposition de M. Labbé frère est intéressante. Il faut laisser le temps de réaction, apporter de la matière crescendo. Car une fois que tout est dit, difficile d’en rajouter au grand Labbé. Pour que la mayonnaise monte, il faut ajouter l’huile en tout léger filet…

  15. zagonel jean-pierre dit :

    Lecteur occasionnel mais attentif, j’appréciais beaucoup ces bulles d’aération marquées par ta singularité.Dommage camarade, surtout pour les missionaires locaux a qui il va probablement manquer un espace d’échanges et de réflexion.A bientôt

  16. Sarah Lepont dit :

    2 mauvaises nouvelles en une soirée !!
    Ayant quitté le réseau des missions locales récemment je ne savais pas que Doc’insert n’existait plus ! Et j’apprend en plus que ce blog disparait ?

    Triste nouvelles pour les missions locales… Espérons que vous, et Mr X de Doc’insert (avec l’aide de quelques autres ? J’en suis si besoin…) ayez un jour l’envie de reprendre.

    Sur ce, bon vent.

  17. stephanie72 dit :

    alors là si je m’attendais.Pfff
    Un combattant comme vous! Abandonner maintenant?
    et voilà ce qui arrive quand on profite et qu’on n’apporte pas sa contribution!! Et je parle pour moi seule.profiter de ce site ah oui! j’en ai profité dès que j’avais besoin ou envie de reveiller mes neurones engourdis d’incoherences avec chiffres à l’appui ou de me liberer des contraintes administratives quotidiennes des suivis en avalanche.Pour respirer comme je l’ai dejà lu ici,pour apprendre des trucs pour avoir une vision globale un peu de recul ,pour m’élever intellectuellement du nezduguidon pour comprendre,pour savoir et avoir l’impression que je ne fais pas n’importe quoi.
    Quand on travaille en milieu rural tres isolé au milieu des champs et qu’on arrive sur le site plabbe.wordpress(c’est ce qui apparait!!)quel bonheur de se sentir inclus dans la mondialisation…Tout le monde a sa part d’exclusion et le probleme de l’exclusion n’en est plus un vu que tout le monde est presqu’exclu aujourd’hui donc nous devrions enfin pouvoir parler des problemes de l’insertion (et pas des jeunes a problemes bien sur)mais c’est pas gagné.comme je compatis à ce sentiment de manque de partage et de contributeurs qui vous decourage mais comme je vais regretter ces moments que je volais à mon planning surchargé pour me rassurer sur un travail de qualité que je m’obligeais à tenir.quel pretexte vais-je trouver à présent? « On peut pas le faire un peu plus long,le blog? » Mr philippe Labbe ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s