Des coin-coin et une consultation

Publié: octobre 13, 2009 dans Insertion/missions locales

#jeansarkozypartout. Suite.

L’affaire enfle, chahut dans l’hémicycle. Espérons qu’elle ne dégonfle pas et que la décence l’emportera. Jean Sarkozy s’exprime sur France 3. L’argumentaire du laborieux étudiant en droit relooké (cheveux châtains et courts, lunettes…) repose sur deux arguments : il est élu par le scrutin populaire et il demande à » être jugé sur actes ».

Rappelons que, après avoir lâché en cours de route David Martinon, candidat à l’élection municipale de Neuilly-sur-Seine, Jean Sarkozy s’est présenté à l’élection cantonale (Neuilly-Sud) qu’il a emporté au premier tour, avec 51,9 % des suffrages. Pour mémoire, Neuilly-sur-Seine est l’une des communes françaises où la richesse moyenne par habitant est la plus forte : en 2006, l’Insee classait Neuilly sur Seine au 3e rang pour le revenu fiscal médian par ménage, 40 669 €. Faut-il préciser qu’à Neuilly les scores de la gauche la plus tempérée correspondent à ceux qu’obtiennent en France les listes les plus radicales ou fantaisistes ? En d’autres termes, se présenter à Neuilly sous la bannière UMP, qui plus est avec l’onction du père, et remporter une élection avec tout juste un plus que la majorité absolue des voix, est une piètre performance, sinon une contre-performance. Après, on le sait, le peuple n’a plus grand chose à dire et ce sont les appareils – pour l’UMP avec l’ombre du Commandeur – qui font ou défont les carrières. La font, bien sûr, pour le fils de…

Commandeur

Quant à être jugé sur actes, cela ne manque pas d’audace ! Pour deux raisons. La première est que cela implique de faire taire tout critique puisqu’il faudra attendre les résultats… ce qui signifie que cette pseudo-élection par un conseil d’administration aux ordres serait inévitable. La seconde est que les jeunes, les autres, ne demanderaient volontiers qu’une chose : être jugés sur actes… mais, précisément, cela leur est refusé… ou alors proposé à des conditions insensées de déclassement. Pourquoi l’un arguerait-il qu’on ne peut le juger sans préalablement lui avoir accordé un poste, qui, de toute évidence, dépasse ses compétences, si les autres ne peuvent procéder de la même façon ? Il serait donc souhaitable, au titre de l’égalité de traitement, que tous les jeunes aillent dès demain dans les entreprises, s’installent tout de go, tant qu’à faire, dans les bureaux les plus spacieux, et calment les toujours possibles – les gens sont mesquins – récriminations : « vous nous jugerez sur actes ». Plus tard. Bien plus tard. Demain, on rasera gratis.

350px-Logo-Canard-Enchaine-1« La politesse est plus généreuse que la franchise, car elle signifie qu’on croit à l’intelligence de l’autre », disait Roland Barthes. Qui est mort écrasé par un autobus le 26 mars 1980. Manifestement, il n’a pas été lu ou, alors, il a été oublié. Reste l’hebdomadaire palmipède.

« Connard ! »

fadela_amara1C’est dans Le Canard enchaîné de la semaine dernière et ça s’appelle « Fadela et le connard ». On y lit : « Vexée de ne pas avoir été invitée à la présentation du « plan banlieue » par Nicolas Sarkozy, la secrétaire d’Etat en rejette la responsabilité sur le haut Commissaire ! « Quand je pense que je n’ai pas été invitée à la présentation du plan jeunesse, et que cet espèce de connard d’Hirsch y a fait la vedette, ça m’énerve, et je l’ai dit à Sarko. Ce connard, il a préparé son plan sans me consulter, sans s’occuper des jeunes dans les quartiers. Il ne bosse pas en interministériel. Et je vois bien que la politique en direction de la jeunesse, ça ne bouge pas. »

« Salope ! »

imagesSous le titre « L’UMP perd ses nerfs », le même Canard enchaîné, reprenant une information parue dans Le Parisien du 2 octobre, rapporte de doux échanges sur les bancs de l’UMP lors du dernier Conseil de Paris : « Elu du XIXè arrondissement et nouveau secrétaire départemental de l’UMP, Jean-Jacques Giannesini {par ailleurs, secrétaire général du CNML} a apostrophé sa collègue Roxane Decorte d’un aimable « Je vais t’écraser la gueule », suivi d’un tendre « Je ne savais pas que tu étais salope à ce point. » Giannesini accuse Roxane Decorte d’avoir raconté au « Canard » qu’il habitait toujours un logement social de la Ville de Paris malgré ses promesses solennelles de déménager. La direction du parti lui a emboîté le pas et annoncé qu’elle allait prendre des sanctions contre cette élue. Si l’UMP veut  sévir contre tous les élus de son groupe qui étaient au courant de cette affaire de HLM, la chasse aux « salopes » et autres « salauds » va faire des ravages. » Dans Le Parisien, Jean-Jacques Giannesini assume d’avoir dit « Si t’étais un mec, je te péterais la gu… »,

Et pour clore sur ce chapitre…

Je me faisais l’écho avant-hier de la défense de la même délicate secrétaire d’Etat, Fadela Amara, par son conseiller spécial Mohammed Abdi. On peut, pour l’édification, consulter wikipedia. Ou La République des Lettres. Ou encore L’Express.fr. Et apprécier.

Toujours le Canard et toujours ce contrat d’autonomie : « Coachs en toc pour jeunes de banlieue », un article signé d’Isabelle Barré. Inutile de tout rapporter, une histoire de tir et d’ambulance. Quelques extraits simplement : «… en un an, l’Etat a filé 34 millions à des «coachs» qui ont décroché un boulot – ou une simple formation – à 1 160 jeunes en tout et pour tout. {…} Le cahier des charges n’est pas trop contraignant : le jeune doit être reçu une fois par semaine. Et nos braves coachs n’ont pas besoin de se fouler : l’entretien peut durer une heure ou un quart d’heure. Quand il n’est pas virtuel : «Le préfet nous a autorisés à remplacer les entretiens par un «contact» par mail ou par téléphone», raconte un conseiller parisien. {…} A cette franche réussite s’ajoute une drôle d’arnaque. Chaque jeune signataire est censé toucher une bourse mensuelle de 300 euros pendant ses six mois de coaching. Sauf que la bourse est versée non par l’Etat mais par l’opérateur privé, qui la prélève sur les quelque 3000 euros qu’il empoche à la signature du contrat. Or ces philanthropes sont libres de la verser… ou non. Un entretien séché, et le coach peut sucrer la bourse du gamin et la conserver pour lui. La tentation existe : à Paris, où un collectif d’associations d’insertion a remporté le marché, près de la moitié des bourses n’ont pas été distribuées ! « Si on les verse en totalité, ce n’est plus rentable », lâche un conseiller.» Etc. Il y en a ainsi sur deux colonnes. Hélas.

Consultation des missions locales

Cliché 2009-10-13 19-20-29L’UNML vient de transmettre aux missions locales un courriel accompagné d’un questionnaire répondant au souhait de Martin Hirsch qui demande « aux représentants des Missions Locales de poursuivre leur apport aux travaux menés sur les questions de la jeunesse et de l’insertion sociale et professionnelle des moins de 25 ans. La délégation de l’UNML lui a confirmé la volonté des Missions Locales de continuer à être partie prenante des réflexions en cours comme de celles à venir.
Ainsi, des délégations de l’UNML participeront aux prochaines réunions de la commission de concertation sur la politique de la jeunesse (dont la séance de reprise est prévue le 14 octobre prochain), comme elles ont participé à l’ensemble des travaux qui se sont tenus depuis le début de l’année. A l’occasion des travaux qui s’ouvrent, le chantier portera principalement sur la définition précise et la traduction concrète des mesures annoncées le 29 septembre dernier par le Président de la République. Dans cette optique, il nous est donc apparu nécessaire de consulter l’ensemble des structures sur la question de leur positionnement et de leur apport dans la définition des mesures du plan « Agir pour la jeunesse ».
Les questionnaires devront être retournés avant le mardi 27 octobre 2009.

On reviendra plus tard sur les dix thèmes de ce questionnaire. Du Livre vert et du Manifeste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s