Parole de jeunes : instrumentalisée ?

Publié: juin 18, 2009 dans Insertion/missions locales

« RD », dont il était question dans le précédent article, est Romano, conseiller. Il me répond :

« En fait je « dénonçais » la soudaine instrumentalisation de « la parole des jeunes » de la part de certains initiateurs de la campagne « je tiens… » Je pense, de plus, que c’est alimenter une partie de fantasmes « catastrosysmique » d’une partie de la profession : depuis quand un dispositif est-il fait pour éternellement durer en l’état ? Enfin, il me semble que cette initiative est décalée, la parole du jeune (des jeunes, lesquels?) alors même que beaucoup tout au long de l’année confisquent cette parole dans le cadre pro, l’interprète, la déforment, l’informatisent, voir la nient sans beaucoup s’interroger sur eux, leur(s) pratique(s), etc. C’est de plus « faire croire » et/ou risquer d’ancrer la M.L., institution politique (au sens 1er), comme « maison du jeune, un chez lui », ce qui est complètement faux puisque c’est un « réseau » (réellement réseau d’ailleurs?) strictement encadré par les textes légaux et issu des logiques (politiques diverses)territoriales singulières. Merci pour votre réponse et votre blog dense et riche de réflexions, bref un espace public que je trouve très pertinent. »

Merci pour la densité et la richesse : il y a presque autant de contributions que d’articles, la laudation est donc collective. Il faudra cependant que l’on revienne sur cette « parole des jeunes » car, si très probablement est-il possible sinon tentant de l’instrumentaliser, elle m’apparaît comme une excellente façon de décentrer professionnels et bénévoles de leurs propres perspectives. Ceci entre autres. On en parlera… mais si, entre-temps, certaines et certains veulent s’exprimer (posture, expérience) sur ce sujet : à leurs claviers !

Publicités
commentaires
  1. David 86 dit :

    Je trouve Romano un peu dur avec l’opération « les ML, j’y viens, j’y tiens », comme avec ses homologues conseillers qui, après tout sont aussi divers peut-être que les jeunes et, surtout, ont à subir souvent des commandes qui ne sont même plus paradoxales mais contradictoires.
    Personnellement j’ai trouvé cette initiative assez stimulante à plusieurs titres :
    – parce qu’elle impulsé par les partenaires sociaux réunis dans une démarche de valorisation de ce qui les engagent communément : la place des jeunes. Je serais curieux de savoir s’il existe des antécédents dans d’autres secteurs ? Remarquons que dans un pays jugé souvent archaïque sur le plan de son dialogue social, notre réseau fait une fois de plus la démonstration d’une réelle capacité de modernité ! En tant que professionnel syndiqué j’en suis plutôt fier !
    – le support de l’expression des jeunes a aussi le mérite d’une forme d’originalité, étant persuadé pour ma part qu’aucun des promoteurs de cette opération, comme ceux qui, dans ma ML par exemple l’ont relayé avec enthousiasme, n’ont la prétention d’affirmer qu’il s’agit d’une parole de jeunes représentative et puissante. 2 mots sur cette « parole » pour constater, à mon avis, qu’un des échecs jusqu’à aujourd’hui du pari des ML réside bien dans cette « incapacité » à la faire entendre en dehors de nos bureaux. Le défi est énorme et éminemment difficile. Mais nous ne devons pas nous résigner et j’invite Romano à s’intéresser à la recherche-action collective animée par le SYNAMI-CFDT, sous les regards stimulants de Bertrand SCHWARZ et Gérard SARAZIN qui tente avec passion et modestie de travailler sur ce sujet ! Nous savons qu’il est très facile d’instrumentaliser la parole des jeunes et je crois que nous sommes assez nombreux, comme Romano à vouloir nous en garder. Ne sommes nous pas par exemple un réseau assez chiche en enquête bidon de satisfaction comme savent en produire la plupart des (ex) grands services publics où les taux plébiscites à la Chavez sont proportionnels au mépris des « clients » !

  2. RD dit :

    Il est certain qu’il faille nuancer et je ne généraliserai pas à toute la profession des « manques » – que je produis moi même – où une « confiscation » de la parole des jeunes.
    Cependant, cette initiative interne, dans le cadre professionnel, de collecte de paroles me gêne et je l’ai formulé dans ma structure où elle nous a été proposée avec insistance (la distribution des formulaires était « l’évidence »).
    En effet, entre autre, ou s’arrête cette captation des opinions, des témoignages? Quelles « influences » dans les rapports entre professionnelles de l’accompagnement et les accompagnés cela peut-il produire, car enfin, il ne peut s’agir que de recueillir des éléments positifs.
    « Tenir à sa M.L. » n’est pas anodin, que savons nous vraiment de ce à quoi ils tiennent? Quelles options ont-ils, les cohortes de sans emplois jeunes (et pas que sans emploi) actuelles pour construire des alternatives?
    De plus, je doute fort que « les jeunes » qui fréquentent nos espaces (car il y a celles et ceux qui n’y viennent pas) soient tous dans l’adhésion inconditionnelle au témoignage c’est à dire forcément impliqué par « nos soucis ».
    Par ma fonction, mon statut (mon pouvoir?), je peux orienter, influer (comme dans toute communication, relation) cet « autre » jeune.
    L’initiative militante et syndicale de la branche professionnelle est loin de me déranger, bien au contraire, elle est nécessaire puisqu’elle participe du débat et qu’elle peut générer par des propositions concrètes des améliorations diverses (dont vers les publics).
    Je n’oublie pas non plus les initiatives locales et expérimentations multiples effectuées par les M.L. (donc des professionnels) avec pour objet l’insertion durable des publics en difficultés.

    Je crois qu’il ne faut pas « confondre » le cadre combien même nous sommes, de toute façon, sur un champ politique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s