Retour au 19ème siècle

Publié: mai 26, 2009 dans Insertion/missions locales

Une bourguignonne contribution de Régis sur l’article « Le chômage des jeunes n’est pas une fatalité. 3/n ».

Régis. « Deux remarques : Sur l’évolution du marché du travail : le « modèle » créé à la fin du 19ème siècle est en train d’éclater. La notion de salarié(e) va disparaître. Avec le statut d’auto-entrepreneur, la voie ouverte aux prêts de main-d’oeuvre, la volonté de développer les groupements d’employeurs, le lien employeur-salarié, déjà mis à mal par le développement de l’intérim, est en voie d’extinction. Les ressources humaines sont la prochaine externalisation des entreprises. Flexibilité totale et donc adaptation immédiate à la conjoncture économique. Diminution des conflits sociaux par cette individualisation des relations. Il appartiendra aux syndicats de recréer des Bourses du Travail pour tenter de peser sur le débat. Le 21ème siècle va nous ramener au 19ème siècle. Ah oui, il paraît que l’analyse marxiste redevient d’actualité ! »

P.L. Je ne suis pas certain que (toute) l’analyse marxiste redevienne d’actualité, hormis peut-être quelques concepts centraux – c’est déjà pas mal – tels que la plus-value, l’aliénation… Ce qui, par contre, revient c’est a minima le thème d’un État régulateur – que Marx ne concevait que provisoire, le temps d’une « dictature du prolétariat » (qui, dans les faits, a plus que duré) – et, pour « les gens de gauche », la nécessité d’un réformisme plus radical que simplement gestionnaire, comme cela transparaît d’ailleurs dans les analyses que j’ai proposées sur ce blog d’un chapitre du dernier livre de Robert Castel, « Réformisme libéral ou réformisme de gauche ? » (La montée des incertitudes, 2009, Seuil) et de l’ouvrage collectif au titre, précisément, De gauche ? (2009, Fayard). Ceci est assez bien exprimé par Aquilino Morelle dans Le Monde des 24 et 25 mai derniers, « Le socialisme du XXIè siècle, un réformisme radical » : « Maintenant qu’elle {la crise} est là et que, par cynisme, les zélateurs de la mondialisation heureuse, contempteurs du modèle français, « déclinologues » patentés et donneurs de leçons libéraux entonnent, toute honte bue, l’air du « Plus keynésien que moi, tu meurs ! »… »

Régis. « Sur cette histoire du tout diplôme en France : j’espérais que la Commission jeunesse allait aborder cette problématique sous deux angles. Premièrement, remettre en cause ce couperet du diplôme ou rien : vous faites une ou plusieurs années d’études et, si vous ratez l’examen, vous repartez avec rien. Deuxièmement, revenir sur la validation des acquis de l’expérience qui impose trois années d’expérience professionnelle dans le même domaine pour entamer ce processus. A ces deux niveaux, la recherche de  souplesse et de modularité permettrait de vivre moins mal cette dictature du diplôme. N’oublions quand même pas que la notion de compétence a permis de remettre en cause les grilles de classification professionnelle ! »

P.L. 100% d’accord. C’est dit.

Advertisements
commentaires
  1. zagonel jean-pierre dit :

    Quand bien même en 2005 l’électorat populaire de gauche a résisté aux injonctions de vote libéral des élites de tous bords, malgré tout l’europe s’oriente à terme vers un abaissement des protections sociales (santé, éducation, droit du travail…etc)
    Même si la crise actuelle fait ressurgir les anciennes analyses sociales reléguées au rang de mythes, ce n’est que de l’esbrouffe, le temps que nous repartions vers une mondialisation heureuse.
    Aujourd’hui, des entreprises chinoises font travailler des prisonniers politiques sur des chantiers en Afrique obtenus avec des tarifs défiant toute concurence: vivement Zola!
    Dans le même registre mais avec un autre éclairage, relire « Malaise dans la civilisation » du camarade Freud. Kenavo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s