CCI et missions locales : on accorde les violons

Publié: mai 18, 2009 dans Insertion/missions locales, Politiques d'emploi

Le CNML et l’Assemblée générale des chambres de commerce et d’industrie (ACFCI) viennent de signer, le 12 mai 2009 et pour deux ans (article 6), un « accord national de partenariat en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes », document de six pages, incluant un préambule de deux pages et contenant six articles. Lecture.

Un préambule présente les deux entités et se conclut par « Les parties considèrent la volonté du gouvernement de conduire, en faveur des jeunes, une politique ambitieuse dont les principaux axes sont : la mise en place d’un service public de l’orientation organisé autour {« avec » plutôt} des acteurs de l’orientation, travaillant en partenariat, afin d’apporter aux jeunes une information sur les métiers, les débouchés et privilégiant une continuité de la prise en charge des jeunes, pour leur éviter d’errer, seuls, d’un système à l’autre ; le développement des formations professionnelles en alternance et de l’apprentissage, dont le nombre de bénéficiaires doit être doublé car ces voies de formation conduisent les jeunes vers des filières porteuses d’emplois pour demain ; la mobilisation de l’appareil de formation au bénéfice des jeunes les moins qualifiés : développement de l’offre de formation pour les jeunes de niveau VI et V, mise en place de formations spécifiques à des métiers porteurs et ouverture de 7200 places supplémentaires dans les Ecoles de la deuxième chance. »

Orientation, apprentissage, parrainage et rapprochement des mondes économique et de l’insertion…

L’article 1, « Objet », précise que l’accord vise à « renforcer les partenariats déjà engagés {…} notamment dans le domaine de l’orientation des jeunes et de l’apprentissage ; favoriser la mutualisation et l’échange de ressources pour faciliter le parrainage des jeunes en entreprise ; susciter la participation des missions locales et des CCI à des opérations communes destinées à favoriser le rapprochement des responsables d’entreprise et des accompagnants de jeunes. »

Trois axes de collaboration…

L’article 2, « Axes de collaboration », identifie « trois axes de collaboration prioritaires » conformes à l’objet du précédent article : favoriser l’apprentissage, améliorer la relation entre missions locales et entreprises, développer le parrainage.

Axe 1 : « Favoriser l’accès des jeunes à l’apprentissage ». Il est proposé que « des partenariats se mettent en place au plan local entre les missions locales, les « Points A » {des CCI} et les centres de formation des apprentis ». Ces partenariats, plutôt renforcés qu’à créer sauf exceptions, visent évidemment la promotion de l’apprentissage en portant sur les deux volets que sont « l’identification des jeunes susceptibles de s’engager dans une formation en apprentissage » et « l’identification des entreprises dans les secteurs en tension {pourquoi exclusivement ?} qui seraient prêtes à accueillir des apprentis suivis par les missions locales. »

Axe 2 :  « Renforcer le rôle et l’implication des entreprises dans le fonctionnement des missions locales et la construction du parcours des jeunes ». L’ACFCI sollicitera ainsi « les CCI, afin qu’elles invitent les entreprises de leur ressort à sensibiliser et informer sur les métiers et filières pour faire acquérir aux équipes des missions locales des connaissances actualisées sur le fonctionnement de l’entreprise, les secteurs professionnels… {…} et proposer des visites de leurs locaux » lors desquels les jeunes pourront échanger avec les salariés.

Axe 3 : « Développer des actions de parrainage… » Peu d’informations autres que connues ici, sinon que les missions locales pourront s’appuyer sur le guide du parrainage du réseau des CCI. Quant au reste, c’est l’ordinaire du parrainage : « rencontres informelles, visites de site, aide à l’élaboration du projet professionnel, mise en relation… »

Ici et maintenant.

L’article 3, « Mise en œuvre et portée de l’accord », invite à ce que, dès demain, soit pris rendez-vous avec la CCI pour une question : « Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? » puisqu’il est écrit que cet accord « constitue un cadre de référence qui doit être décliné et mis en œuvre au plan local. »

L’article 4, « Communication », précise que les deux réseaux « seront invités dans leurs communications respectives à faire mention de ce partenariat » et l’article 5, « Suivi et évaluation », prévoit un comité de pilotage national (qui ne sera pas débordé : une réunion annuelle « au moins ») ainsi que l’engagement d’une évaluation : « les partenaires chercheront à évaluer  les actions inspirées du présent accord » (nombre de conventions signées, « qualité et transférabilité des projets mis en œuvre », « complémentarité des apports », « caractère innovant »…).

Descendant.

C’est dit. On ne peut qu’être d’accord dès lors que, localement, les chambres consulaires auront à cœur de décliner l’accord national. Certes, l’urgence de la crise appelle des décisions rapides, donc descendantes, du national au local. Toutefois les partenariats entre missions locales et CCI ou chambres des métiers ne sont guère rares, ni nouveaux, et un recensement en amont des bonnes pratiques, nombreuses, eût été judicieux. Mais il est vrai qu’on cherche désespérément l’instance d’enregistrement et de capitalisation de celles-ci.

Advertisements
commentaires
  1. Mabon Stéphane dit :

    Salut Philippe, « l’encéphalogramme » des commentaires étant plat ces derniers jours, je viens apporter un modeste commentaire.
    Une nouvelle fois effectivement l’on constate qu’il suffirait de signer des conventions au niveau national pour qu’elles soient ensuite déclinées et deviennent opérationnelles au niveau local. C’est une nouvelle fois méconnaître les réalités.
    Me référant à ma propre expérience professionnelle en Mission Locale, je me souviens parfaitement de ce type de conventions nationales que j’ai essayé de mettre en œuvre sur le territoire sur lequel j’œuvrais. Ma pratique de veille – j’avais déjà un capital conséquent avant de travailler en Mission Locale, renforcée par une « féroce » appétence et j’ai eu un excellent formateur dont je ne citerai pas le nom ici, il se reconnaîtra – contribuait à ce que je les connaissais toutes sans exception. Mais malheureusement, ce n’était pas le cas de mes potentiels partenaires peu rompus à cette posture professionnelle. Une fois que vous les informiez et leur communiquiez l’existence de telle ou telle convention, ils vous rétorquaient très généralement « Ce n’est pas parce-qu’ il a été signé une convention au niveau national que nous devons la décliner au niveau local ».
    Je vous rassure dans ma pratique professionnelle, je me consacrais pas à décliner ces conventions nationales sinon, j’aurais été déprimé et je n’aurais pas pu mettre en œuvre des projets innovants nécessitant la construction de partenariats locaux afin de favoriser tant l’insertion sociale que professionnel des jeunes.
    Nous gagnerions en efficacité tous – je ne parle même pas d’efficience – et cela ne vaut pas que pour les Missions Locales, à plutôt repérer des initiatives forts intéressantes, les évaluer, les capitaliser et étudier les conditions de leurs transferts ensuite sur d’autres territoires. Ces derniers ayant la latitude en raison des spécificités locales vécues et rencontrées de les adapter au sein d’un cadre général pré-établi. Dans ce cas de figure nous serions à la croisée de démarches descendantes et ascendantes. En somme des démarches d’innovations sociales si chères à notre ami Bertrand Schwartz.
    Bien que nous soyons en plein mutation ce qui nécessiterait de l’inventivité, de la création, de l’intelligence collective, nous constatons une nouvelle fois que notre société est on ne plus normative et surtout bloquée.
    Puis, pour conclure, cette initiative que tu cites Philippe, me renvoie inéluctablement à l’excellent ouvrage de Jean-François Gravier, paru en 1947 !!! « Paris et le désert français », pour moi les thèses qu’il défend dans son livre sont encore d’actualité tant la France est un pays culturellement jacobin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s