Apprentissage, alternance et orientation

Publié: avril 7, 2009 dans Politiques d'emploi

Une dépêche AEF du 6 avril 2009 titre « Insertion des jeunes : les pistes de travail de Martin Hirsch en faveur de l’apprentissage ». Le lundi 6 avril 2009, lors d’une table ronde consacrée à l’insertion sociale et professionnelle des 16-25 ans organisée à Courcouronnes (Essonne), Martin Hirsch a évoqué quelques pistes de travail envisagées par la commission de concertation sur la Jeunesse qu’il préside et que l’on devrait retrouver fin mai dans un « livre vert »… l’omni-président N.S. devant sans doute en annoncer quelques-unes le 20 avril prochain dans le cadre du « Plan d’urgence pour la Jeunesse ».

Concernant l’apprentissage…

Selon Martin Hirsch, doter les apprentis des mêmes droits que les étudiants constituerait une première étape « pas compliquée » à mettre en oeuvre. L’ouverture de l’accès aux logements étudiants favoriserait ainsi l’autonomisation des jeunes engagées dans cette voie de formation en alternance. L’initiative d’un CFA d’Indre-et-Loire qui a fait basculer vers le statut de stagiaire de la formation professionnelle les apprentis ayant rompu leur contrat est jugée très positivement, ce dispositif permettant aux jeunes de conserver une rémunération pendant une période déterminée, avant de reprendre une formation ou d’accéder à un emploi.

Interpellé sur la faiblesse des rémunérations accordées aux apprentis (de 25 à 78 % du Smic selon le niveau de diplôme visé et l’âge du jeune), Martin Hirsch a estimé que « le paiement sur la base du Smic est plutôt une bonne chose » mais qu’en revanche « pour les plus jeunes, c’est nettement insuffisant. On devrait pouvoir aligner vers le haut ». Pour favoriser les embauches, il recommande d’apporter une aide supplémentaire pour les entreprises qui s’engageraient à recruter davantage d’apprentis et appelle également les collectivités locales à multiplier les recrutements de jeunes en alternance plutôt que de recourir, comme par exemple l’Éducation nationale, aux contrats aidés : « Il est mieux d’avoir des contrats d’apprentissage ou des contrats de professionnalisation plutôt que des contrats aidés sans formation. Cela fait des années que cela dure. Il est temps que cela change. » Pour Michel Berson, président PS du Conseil général de l’Essonne, « le problème de l’apprentissage dans les collectivités n’est pas réglé. Il faudrait modifier les règles de financement avec le CNFPT » et Stéphane Beaudet, maire UMP de Courcouronnes, explique de son côté que sa municipalité reçoit « 70 CV par jour » et qu’il préfère « recruter sur des stages courts pour satisfaire davantage de demandes ». Bref, ce n’est pas gagné.

Concernant l’orientation…

« Nous sommes aujourd’hui au pied du mur », a poursuivi Martin Hirsch, « certains jeunes ont tout fait comme il fallait. Ils ont suivi des études et obtenu des diplômes, mais les portes ne s’ouvrent pas. Leur seule perspective est d’obtenir un stage à 300 euros par mois. » Toutefois l’évolution de la démographie serait favorable avec, d’un côté, l’augmentation du nombre de départs à la retraite et, de l’autre, la baisse du nombre de sortants du système éducatif.

Resterait à trouver des solutions adaptées pour les jeunes ayant connu l’échec au sein du système éducatif qui arrivent sur le marché du travail moins armés que les diplômés. On trouve en tout cas ici un thème de plus en plus récurrent dans le discours de/sur l’insertion, celui des « décrocheurs » : c’est un des trois objectifs de la lettre de commande de Christine Lagarde au CNML (cf. sur ce blog « CNML, missions locales et Pôle emploi » mais qui, sauf lecture insuffisamment attentive, n’a pas encore trouvé de réponse officielle.

Martin Mauroy

Selon le haut-commissaire, des progrès peuvent être réalisés concernant leur suivi et leur orientation professionnelle : « Les jeunes arrivent parfois dans les missions locales en ayant perdu du temps, sans avoir été suivis pendant un an ou deux. Il ne faut pas les laisser dans la nature. » Leur prise en charge devrait être immédiate à la sortie du système éducatif.

Un directeur de mission locale a observé que la loi prévoit que les jeunes ayant quitté le système scolaire restent sous la responsabilité de l’Éducation nationale pendant un an et que les missions locales ne peuvent les prendre en charge sans un acte circonstancié du dernier établissement fréquenté. « Chaque acteur explique qu’il fait bien son boulot. Mais c’est l’ensemble de la chaîne qui ne fonctionne pas du tout. On ne peut pas laisser les gens sans réponse », a répondu Martin Hirsch. En son temps, Pierre Mauroy dans une lettre de commande d’un rapport qu’on ne présente plus écrivait : « L’organisation actuelle du système éducatif, de la formation professionnelle et des services d’information, d’orientation et de placement, les dispositifs d’insertion professionnelle mis en place au cours des dernières années, ainsi que les aides au premier emploi ne procèdent pas d’une conception d’ensemble, mais de la juxtaposition de dispositions parfois contradictoires et souvent conjoncturelles. » C’était en 1981. J’avoue ressentir beaucoup d’admiration mais aussi de compassion pour les amis-ies qui s’impliquent dans la commission de concertation sur la Jeunesse… Faire, défaire, refaire.

Orientation désorientée

Notons concernant l’orientation une zone d’incertitude, beaucoup de régions semblant opter pour le principe d’une plate-forme régionale d’orientation peuplée des derniers psychologues de l’AFPA. A ce propos, Le Monde des 5 et 6 avril consacre un article aux « 900 psychologues {qui} vont quitter l’AFPA pour le Pôle emploi ». Avec une journée d’action intersyndicale le 8 avril contre le risque de « démantèlement », là non plus, ce n’est pas gagné. Les trois-quarts des psychologues de l’AFPA – 300 y resteraient sans que l’on sache aujourd’hui sur quelles bases se fera cette ventilation – devraient rejoindre Pôle emploi au regard de la loi sur le service public de l’emploi du 14 février 2008 (1), la mission d’orientation étant confiée à cet organisme. Le directeur de l’AFPA, Philippe Caïla, déclare dans ce même article « Nous en avons besoin {des 300 restants} parce que l’AFPA garde un rôle d’orientation et devra montrer sa compétence sur un marché ouvert. » Résumons-nous : le « marché » de l’orientation est « ouvert » ; la loi de 14 février 2008 confie à Pôle emploi l’orientation ; l’AFPA « garde un rôle d’orientation ». Ça promet en termes de lisibilité et d’efficacité.

 

(1) Juste une interrogation : dans combien de missions locales a-t-on pris le soin de réunir l’équipe de professionnels à partir de ce texte ? Veiller, permettre des temps de réflexion et de réflexivité, débattre, envisager les conditions concrètes d’application de ces « exigences de société » sur les terrains, doter les conseillers d’un minimum  cognitif sur les grands déterminants qui s’exercent sur eux… 

Publicités
commentaires
  1. rbeaune dit :

    Sur les décrocheurs…
    Un simple copier-coller du rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi du 8 avril 2008 (ouf il n’a pas encore un an, il n’est pas encore obsolète…) :
    « Tous les jeunes sortant sans diplôme ou sans qualification du système scolaire doivent
    être systématiquement et immédiatement recensés et accompagnés. Les actions de l’Education
    nationale, des missions locales et les autres acteurs du service public de l’emploi doivent être
    beaucoup mieux articulées pour éviter que certains jeunes ne se retrouvent en grandes difficultés
    d’insertion professionnelle.
    Dès avant la sortie de ces jeunes du système scolaire, l’Education nationale pourrait
    transmettre leurs coordonnées aux missions locales, afin qu’elles puissent leur proposer un
    accompagnement personnalisé ».
    Bon c’est un nouveau service militaire avec un recensement et l’obligation (doivent être) de l’accompagnement…
    Mais cela peut être une base (aéroportée ???) de discussions, de négociations… OTAN en emporte le vent des rapports…

  2. Jean Philippe REVEL (syndiqué CGT ML/PAIO) dit :

    sur l’apprentissage :
    Un combat de la CGT : A quand l’accès à l’apprentissage réellement gratuit pour les jeunes et leurs familles qui doivent payer des frais d’inscription, des frais d’équipements professionnels …

    Sur les stages en entreprise :
    A quand la fin de cette possibilité laissée aux entreprises (souvent à des grands groupes) d’obtenir de la main d’oeuvre sous payée pour des durées pouvant atteindre un an !

    Sur les décrocheurs :
    Donne-t-on tous les moyens nécessaires à la MGI pour exercer sa mission ?
    Pourquoi ne pas raisonner en terme de complémentarité entre la mission de la MGI qui s’exerce sur l’année qui a suivi le décrochage et celle de la Mission Locale qui s’exerce le jour qui suit le décrochage. Quel texte interdit-il à la Mission Locale de recevoir le jeune et d’entamer un accompagnement justement en lien ou non avec la MGI ?
    En effet, c’est du liant qu’il faut instaurer et non de l’opposition.
    Sur l’orientation :
    Les missions Locales accompagnent des parcours et donc suivent les jeunes dans le cadre de leur élaboration de projet d’orientation. C’est une des compétences des Missions Locales qu’il s’agirait de mettre en exergue. Là encore, non pour se distinguer, mais pour compléter ce qui existe.
    Sur l’AFPA démantelée :
    C’est justement au moment où l’on s’aperçoit (Notre président le beau premier) que c’est un outil indispensable à l’Etat pour mettre en oeuvre sa politique en direction des chômeurs, que l’on sacrifie l’outil. On commence donc par les Psychologues ….
    Sur martin Hirsch et sa commission :
    Comment en 3 mois faire ce qu’on n’a pas très bien fait en 30 années …en semblant (re)découvrir ce qui se fait déjà ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s