Au fil du Monde du 14 mars…

Publié: mars 15, 2009 dans 1

Noir scénario

Le Monde du 14 mars. En page 1, « Le plus noir des scénarios climatiques se profile. » Suite en page 4 : « … il existe une crise plus grave que la crise économique. Il faut que l’opinion soit sûre d’une chose. Les scientifiques sont clairs. Il n’existe pas de grosses incertitudes sur le film qui est devant nous. Et les politiques ne peuvent pas s’abriter derrière de prétendues inconnues pour ne pas agir. » Avec la crise, on avait oublié l’environnement. Lui ne nous oublie pas. Hasard d’un voyage en avion – on vous offre des revues – et une fois n’est pas coutume, l’écologie  fait son entrée dans la presse pipole. Qu’on en juge avec « le bloc-notes » d’Ariel Wizman… dans – oui – Gala du 9 mars : « Il y a encore quelques années, on hésitait un peu à devenir écolo. {…} On savait bien qu’il faudrait « sauver la planète », mais c’était moche, mal incarné, ça sentait la pipe et le velours côtelé. {…} … la menace est là sur nous, nos enfants, l’assiette, les jouets fabriqués en Chine, le fauteuil qui a brûlé des fesses de mémé, la banquise qui tombe dans notre whisky. Et sur nos emplois. Nos dirigeants ont compris que l’industrie, les flux financiers, le pétrole et la conso de luxe arrivaient en bout de course… » Gala vire au vert. Demain au NPA ?

Maréchal des logis chef

En page 10, « En soutien à l’industrie automobile » 5 300 véhicules ont été commandés pour la police et la gendarmerie par la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, auprès des constructeurs européens, soit une dépense de 100 millions d’euros. » J’ai calculé. Cela fait 18 867 € par véhicule. On est loin de la 4L du Maréchal des logis chef Cruchot dans la série des gendarmes. Si d’aventure des ouvriers licenciés de la construction automobile se mettaient en grève et si, pure coïncidence, on leur envoyait des pandores, on peut espérer que, ces seconds ayant été sollicités pour soutenir les premiers, les uns et les autres fraterniseraient devant les braseros de l’occupation. On peut rêver.

Logique

Egalement en page 10, « Pierre Méhaignerie (UMP) propose d’augmenter l’impôt des plus aisés. Dans un contexte de crise, il faut demander un effort financier aux catégories les plus aisées. » Le même député, il y a un an, votait le bouclier fiscal. Mais il est vrai que ce n’était pas encore la crise. En période faste, on diminue l’impôts des riches. Cela doit être logique. Il suffit de chercher.

Arrière-cour

En page 11, on lit que « le magazine Alternatives économiques publie, cette semaine, une enquête qui montre que 100% des multinationales françaises du CAC 40 ont des filiales dans les paradis fiscaux et judiciaires. Ces outils servent à mettre les bénéficiaires à l’abri de l’impôt mais aussi parfois à rémunérer en liquide des personnes qui facilitent l’obtention d’un contrat. » Paradis fiscaux, pots-de-vin… cela semble bien éloigné du quotidien des piou-piou. Que nenni ! Poursuivant le même article, on lit dans l’encadré « L’arrière-cour des banques françaises » que BNP-Paribas dispose de 189 filiales dans les paradis fiscaux, 115 pour le Crédit Agricole (mutualiste, recensé dans l’économie sociale, oui !), 90 pour la Banque Populaire (les artisans, Blanche-Neige et ses pommes), 57 pour la Société Générale, 15 pour Dexia (bien connue par sa fondation des missions locales)… jusqu’à 1 pour la Banque Postale ! A La Poste, ce n’est plus « le 22 à Asnières » mais c’est « le 22 au Luxembourg » qui ne répond pas. O tempo, O mores.

Rolex

En page 13, « La baisse du marché publicitaire fait vaciller les groupes de médias en Bourse. » Séguéla va être contraint de poser sa Rolex au clou, chez ma tante, enfin bref au Mont de Piété. On se souvient qu’invité le 13 février à l’émission « Les 4 vérités » sur France 2, une question lui fût posée concernant l’image ostentatoire du président, ce côté bling-bling. Réponse du publicitaire : « Comment peut-on reprocher à un président d’avoir une Rolex ? Enfin… tout le monde a une Rolex. Si à cinquante ans, on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ! » Avec la baisse du marché publicitaire, Séguéla va-t-il rater sa vie ?

Souris

En page 16, « Tuer des neurones permet d’effacer des mauvais souvenirs ». L’expérience vaut en laboratoire pour les souris et autres rongeurs. Une découverte scientifique promise à un bel avenir juste après la crise. Pour repartir de plus belle.

Balance

Autre journal, toujours dans l’avion, Paris Match du 12 au 18 mars. Le cabinet d’Eric Woerth, ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, indique qu’un trésorier payeur général (TPG) peut gagner jusqu’à 250 000 euros par an. Il n’y aurait donc pas que les rémunérations des patrons français dans la ligne de mire. Il est vrai qu’il y a quelques jours Le Monde titrait « réduire le salaire des fonctionnaires ? », solution mise en œuvre par quelques pays européens face à la crise. Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne, y était favorable. Le salaire de J.-C. Trichet ? En 2007 de 345 252 euros hors indemnités. Une misère.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s