Welcome

Publié: mars 13, 2009 dans 1

Dans la veine de Ken Loach, le film Welcome, réalisé par Philippe Lioret, vient braquer les projecteurs sur la ville de Calais. Depuis la fermeture du centre de Sangatte, des centaines de migrants y attendent de pouvoir passer en Grande-Bretagne. Que se passe-il exactement à Calais entre migrants, bénévoles et policiers ? Un film de fiction est-il une meilleure manière de briser le mur de l’indifférence que les reportages plus conventionnels ?

Pour répondre à ces questions, Vincent Lenoir, membre de l’association « Salam », Yannick Danio, porte-parole de du syndicat UNSA police, et Michel Feher, philosophe et coordinateur d’un ouvrage consacré aux sans-papiers, sont reçus par La gazette d’@rrêt sur image, un média qui permet de sortir des ornières de la pensée unique.

Ligne jaune…

Courriel reçu de  La gazette d’@rrêt sur image: « Le ministre Eric Besson pourra se vanter d’avoir lancé « Welcome »(1). Il aura suffi qu’il attaque le réalisateur Philippe Lioret, pour que ce film sur les migrants de Calais se trouve projeté dans le débat public. Et avec lui, les figures de bénévoles qui, inlassablement, leur servent des repas, ou rechargent leurs téléphones portables. Venez voir sur notre plateau Vincent Lenoir, jeune enseignant et moniteur de voile de Calais, un de ces bénévoles qui ont fait connaissance depuis six ans avec la police, les juges d’instruction et les ennuis, parce que toute la misère du monde s’est donnée rendez-vous à sa porte. Ecoutez ce Vincent Lindon « pour de vrai », raconter la zone de non-droit où se débattent bénévoles et migrants à Calais et qui semble, pour une fois, pire que les reportages ou le film. Ecoutez-le aussi relativiser les parallèles trop tentants. Autant qu’aux Justes de l’Occupation, on pourrait comparer les bénévoles de Calais aux mutins aux mains nues de toutes les époques. « M’en voudrez vous beaucoup si je vous dis un monde où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort  ? » chantait Ferrat. »

Vous pouvez cliquer sur http://www.dailymotion.com/user/asi/video/x8nl9b. Ce n’est qu’un avant-goût mais ça vaut le coup. « Pas toujours du côté du plus fort… » chantait le poète. En écho un autre, François Béranger, rappelle Régis (contribution entière en bas à droite), chantait « Ta dignité, l’ami, Tu crois qu’elle est bafouée Car ta vie, tu l’as vouée À de fausses valeurs La morale du travai  La productivité  L’État et les patrons  Leurs mensonges et leurs lois  Tu n’es que la victime  D’un complot bien monté  Celui de l’exclusion  Parfaitement planifiée… »

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, à peine « l’unité retrouvée des socialistes » (sic, pétition de responsables fédéraux) qu’elle est déjà mise à mal par « plusieurs barons {qui} ont pris la tête de la fronde contre la composition des listes pour les élections européennes » (Le Monde, 13 mars). Difficile de voir de confortables fauteuils s’échapper. C’est d’ailleurs ce que doivent penser les ouvriers picards de Continental. Sinon qu’eux c’est leurs postes, debout, qui disparaissent.

Pendant ce temps, le même quotidien titre « Les profits des groupes du CAC 40 ont fondu… » Tiens, il n’y a pas que la fonction publique qui dégraisse ? Qu’on se rassure, les dividendes seront toujours versés. On grignotera ailleurs la marge. Sur les emplois. En Picardie et ailleurs. Consolation, parmi les quarante entreprises, Pernod-Ricard maintient son résultat net. La crise a du bon.

Pendant ce temps, Alain Juppé multiplie les offres de service – « … si je peux l’aider {N.S.}, je l’aiderai. Je ne ferai rien pour le contrarier. » – et, dans un livre-confession, Je ne mangerai plus de cerises en hiver (Plon), raconte qu’à l’aéroport JFK de New York les services de l’immigration l’ont interrogé : « Ca a duré trois heures. J’ai été traité comme le dernier des passagers clandestins. » Et bien voilà qui va peut-être faire germer chez cet édile un peu d’humanité, d’empathie, de congruence, de compréhension pour les migrants sans papiers ! Sangatte à Bordeaux ? Après tout, Bordeaux a historiquement des relations privilégiées avec l’Angleterre.

Pendant ce temps, l’emploi se dégrade : selon Pôle Emploi, 86 400 emplois ont été détruits au dernier trimestre 2008 mais le pire est à venir puisque l’Unedic pour 2009 attend 400 000 chômeurs supplémentaires. « Au suivant ! » chantait – cette fois – Jacques Brel. On ne précisera pas – inutile – quels seront les premiers de la liste. Yo-yo classique.

 (1) Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, a estimé samedi dernier que le réalisateur du film Welcome, consacré à l’immigration clandestine, avait «  franchi la ligne jaune » en assimilant les clandestins aux Juifs pourchassés sous l’Occupation, rapporte l’AFP. Il est vrai qu’Éric Besson, en matière de franchissement de ligne jaune, est un expert : il roulait à gauche ; il roule à droite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s