Un « service spécifique » de suivi des jeunes ?

Publié: février 20, 2009 dans Insertion/missions locales

Sur le blog de Xavier Zunigo (http://xzunigo.free.fr/pasblog/?p=202#comment-6713 ), on peut lire un commentaire sur le « sommet social » dont les conclusions avaient été données à un « grand quotidien du soir » par l’Élysée avant même que la négociation avec les partenaires sociaux ne commence. Preuve s’il en est d’une double relativité : du temps et du dialogue social.

Missions locales : des entrepreneurs de morale…

Sociologue, Xavier Zunigo a soutenu sa thèse en juin 2007, « La gestion publique du chômage des jeunes de milieu populaires » sous la direction de Gérard Mauger qui porte le flambeau bourdieusien depuis le décès de Pierre Bourdieu le 23 janvier 2002. Avec d’ailleurs un très beau jury : Robert Castel, Stéphane Beaud et… Olivier Schwartz (oui, le fils de Bertrand). Thèse donc de sociologie critique, les missions locales disposant du « monopole de l’orientation des jeunes vers les institutions d’insertion et de l’encadrement des démarches entreprises et, de ce fait, d’un pouvoir discrétionnaire » (p. 43) et l’auteur développant l’idée que le travail d’insertion « s’inscrit toujours dans un espace des possibles socioprofessionnels limité {et que} son principal effet est de façonner les rapports au monde social et professionnel de ceux qui y ont recours, de susciter le consentement des intéressés à leur trajectoire sociale et professionnelle la plus probable et de favoriser, plus généralement, l’intériorisation de leur destin social. » (p. 19). Ce même travail d’insertion « prône l’acceptation des contraintes liées à l’occupation des postes subalternes et au suivi des formations et cherche à renforcer les comportements conformes aux règles de sociabilité du monde du travail et, plus largement, aux règles instituées du monde social. » (p. 346). Bref, un dessein qui, pour reprendre l’expression de Becker dans Outsiders (1985, Métailié) est celui des « entrepreneurs de morale »  très-très éloigné sinon opposé au projet d’émancipation de l’éducation populaire (ou « permanente » dont Bertrand Schwartz fût un promoteur) et aux antipodes d’une pédagogie de la réussite (notion en vogue dans les années quatre-vingt).

Ceci étant, l’article de Xavier Zunigo est tout-à-fait pertinent et rejoint pour une large part mon analyse (« Faire, défaire, refaire ») : l’histoire ressert les plats… et, pour peu que l’on ne soit pas atteint d’Alzheimer, on découvre des idées novatrices qui ont mijoté depuis des décennies dans le chaudron des réflexions des acteurs qui nous ont précédés…

L’article de Xavier Zunigo : bien vu !

« A l’issue du « mini sommet social » de mercredi, une proposition de Nicolas Sarkozy en matière de chômage des « jeunes » a de quoi surprendre.

Passons sur le fait que le candidat de la rupture propose pour la jeunesse des solutions identiques à celles qui s’accumulent depuis bientôt cinquante ans (milieu des années 1960) et dont on connaît le succès en matière de lutte contre le chômage des jeunes. Outre des « Etats généraux » de la jeunesse et un effort accru en matière de formation professionnelle des moins qualifiés, un « service spécifique » de suivi des jeunes par le service public de l’emploi a également été annoncé.

Proposition pour le moins surprenante quand on sait que les Missions locales existent depuis le début des années 1980 et accueillent plus d’un million de jeunes chaque année. Proposition doublement surprenante quand on sait que ces institutions appartiennent au Service Public de l’Emploi et qu’elles représentent la forme la plus aboutie de service d’accompagnement des jeunes en difficulté dans la longue histoire des services de placement des jeunes sur le marché du travail.

C’est donc avec une certaine impatience que l’on attend de connaître le périmètre et les prérogatives de ce nouveau « service spécifique » et pouvoir juger s’il s’inscrit dans la longue liste des attaques de la droite contre une institution-phare du premier gouvernement socialiste de François Mitterrand. »

Un commentaire de Michel Abhervé…

Bigre, ce diable d’homme est partout ! Michel Abhervé apporte un commentaire à cet article. Rien à ajouter à ce tropisme des hommes politiques qui aiment créer des outils à leurs mains plutôt que de s’appuyer sur l’expérience… Cela m’évoque une séquence dans la vidéo Dexia « Missions locales 1982-2005 » où, face à l’interviewer qui lui objecte que, entre PAQUE, TRACE et (à l’époque, le futur) CIVIS, il y a l’épaisseur d’une feuille à cigarette qui ne justifie guère ces permutations d’acronymes, Jean Tulet très psychoaffectif réconciliateur (comme d’hab) répond imperturbable « Oui, mais c’est important pour un ministre de mettre son nom sur une politique. » Voilà ce que l’on appelle un argument d’autorité qui laisse sans voix.

M.A. « Les missions locales sont certes une création du premier gouvernement de François Mitterrand. Mais elles ont, depuis le départ, été également crées par des municipalités de droite (Troyes, Toulouse, Bayonne, Nancy…) qui trouvaient la démarche adaptée et qui ne l’ont jamais regretté.
Mais Martin Hirsch semble succomber au défaut de beaucoup de politiques : préférer créer des outils à sa main plutôt que de s’appuyer et de faire évoluer ce qui existe.
C’est à cause de ce type de pratiques que les mêmes, ou leurs amis, se plaignent de la complexité, du coût… »

Publicités
commentaires
  1. Zunigo dit :

    Merci beaucoup d’avoir rendu compte de mon dernier billet sur le « service spécifique » ainsi que de mon article sur le travail d’insertion en Mission locale paru dans la revue Sociétés contemporaines.
    Xavier Zunigo

  2. xavier zunigo dit :

    […] Phillipe Labbe celui-ci en réaction : Un « service spécifique » de suivi des jeunes ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s