Buzz et égalité hommes-femmes

Publié: janvier 4, 2009 dans Insertion/missions locales

Courriel sympathique de « BD » à la suite de « Faut-il supprimer le CNML ? » : ses vœux au réseau et quelques conseils pour un blog plus « buzz ».

B.D.

« Je souhaite à tous les membres du réseau une année 2009…

De la même façon, je souhaite une bonne année au blogueur PL qui nous alimente richement des dernières actualités du perchoir. Ne m’en voulez pas, je suis plus favorable à l’intervention qu’à la consultation.

Sans vouloir remettre en cause votre participation, je trouve que vous devriez créer un peu plus de buzz. Non pas que le SYNAMI passe son temps à négocier les points-points des piou-piou… mais vous avez créé une vraie dynamique de lecture. Aussi, je pense utile de modifier le format de diffusion de vos interventions. Un peu plus de diffusion de vidéos, http://www.michelbouvard.com/fr/index.asp qui donne envie de partager un bon bûcher avec lui, ou alors ses positions lors des « débats » http://www.assemblee-nationale.fr/13/tribun/tnom/2007/633.pdf

Sans vouloir en rajouter sur l’utilité d’un député sponsorisé par l’UMP, j’invite mes collègues à lire ceci : http://www.michelbouvard.com/fr/voir-communiques.asp?N=233 Rassurons les saisonniers de l’hôtellerie restauration… ils seront bien gardés ! (Quelle ironie ! Ils veulent bosser, ils bossent et ils viennent avec des chiens. En plus ils dérangent les 3001 euroistes quand ils veulent dormir pour rentabiliser le forfait).

Bref, tout cela manque de rythme et de rires… pour cette fameuse année où chaque conseiller devra composer sur la reprise d’emploi des jeunes. Que chacun se rassure, un peu de Greta, un peu de stage, un peu de CIVIS… et les jeunes pauvres salueront l’ex-RMI de Michel Rocard.

Cordialement. »

Buzz ou sexy…

Quasi-panique de votre serviteur face à une situation d’opacité sémantique, globalement une poule devant une fourchette… Bref, le réflexe pavlovien de la Galaxie Marconi (1) : se précipiter sur Google, taper « buzz » et, inévitablement, tomber sur l’encyclopédie coopérative Wikipédia : « Le buzz (anglicisme de bourdonnement) est une technique marketing consistant, comme son nom l’indique, à faire du bruit autour d’un nouveau produit ou d’une offre. Proche du marketing viral, il en diffère par la maîtrise du contenu (message publicitaire). Le buzz n’utilise pas un média spécifique mais occupe tous les canaux de communication afin d’arriver à faire parler d’un objet. C’est une sorte de publicité sauvage qui passe par le consommateur et le fait devenir vecteur du message. Le schéma de diffusion est donc le bouche-à-oreille (voir rumeur) qui utilise les outils et méthodes du marketing viral. Il convient de distinguer le buzz du marketing viral, par une action spécifique dans le temps pour un produit spécifique à lancer. »  Sapristi ! Voilà une journée qui commence bien : à son terme, ce soir, au moins une connaissance supplémentaire… et judicieuse : plusieurs lecteurs-contributeurs m’avaient déjà (aimablement) reproché une sorte de jansénisme typographique, un blog insuffisamment « sexy » (sic). Sans pour autant verser dans le calendrier des routiers, j’ai cherché un temps de quoi l’agrémenter et n’ai trouvé – sans doute trop rarement – que des roues de secours (on reste toutefois sur la route) suggestives et sémantiques du type « Les missions locales en déshabillé de soie » (cf. sur ce blog, 10 avril 2008).

Gallinacé…

A ma décharge, alors qu’un commission paritaire nationale de la branche professionnelle se tiendra le 11 février prochain avec, à l’ordre du jour, un texte de l’UNML qui devrait être présenté sur le thème de l’égalité hommes – femmes, il faut être prudent ou, pour rester dans la métaphore, cette fois aviaire (cf. la poule et la fourchette), « marcher sur des œufs ». Préconiser que les conseillères de mission locale fassent la danse du ventre devant les portes des entreprises pour décrocher la timbale des objectifs d’accès à « l’emploi durable » n’est pas sans risques : on flirte avec le sexisme.

NF X50-784…

A ce propos, bien des choses seraient à dire. On attend le texte de l’UNML mais voilà déjà quelque temps que je m’interroge sur une sorte de lenteur du métabolisme social des missions locales concernant l’égalité hommes – femmes (et inversement – 2). Sauf erreur, pas une mission locale (sur presque 500) ne dispose du « Label Égalité » (www.femmes-egalite.gouv.fr ), pas plus d’ailleurs ne sont engagées dans la norme AFNOR NF X50-784 « Promotion de la diversité » dont l’avant-propos devrait pourtant rencontrer un écho favorable (3) : « Promouvoir la diversité et prévenir toute forme de discrimination directe ou indirecte : tels sont les deux objectifs de la norme. Et ces deux impératifs s’affirment complémentaires, indissociables et synergiques.

L’égalité républicaine ne suffit pas à la promotion de la diversité dans les entreprises, c’est pourquoi tous les moyens nécessaires doivent être mobilisés.

En conséquence, l’exigence de résultat s’impose comme la seule réponse possible à la désespérance des exclus de l’emploi ou de l’évolution professionnelle.

Face à cette urgence, tous les moyens nécessaires doivent être mobilisés, qu’ils relèvent d’une logique d' »actions positives » ou d’ « égalité de traitement ». Et plutôt que d’opposer ces méthodes, il est essentiel de les associer sous peine d’inefficacité et de régression.

C’est pourquoi la présente norme ne constitue ni un catalogue d’actions « marketing » destinées à valoriser l’image de l’organisme , ni un quelconque manifeste philosophique en faveur de telle ou telle chapelle « républicaniste » ou « communautariste ». Elle regroupe, avant tout, un ensemble de recommandations et de pratiques pragmatiques, observables et vérifiables, issues de l’expérience des professionnels de terrain et d’experts reconnus regroupés au sein de la commission de normalisation pour confronter, sans tabous leurs visions et leurs actes.

Il en résulte des contenus concrets forgés au feu de l’expérimentation, de l’évaluation et des solutions adaptées aux problèmes du terrain, en dehors de toute considérations autres que l’humanisme et le respect des femmes et des hommes au travail. »

Promouvoir à l’échelle nationale, via la branche professionnelle, le Label Égalité et/ou cette norme serait donc bienvenu : grimper sur les épaules des géants qui nous précèdent pour voir plus loin…

Résolution, encore…

Revenant au buzz, force est de constater que l’on s’extrait difficilement de la galaxie Gutenberg (1). Et pourtant, bien sûr, il faudrait faire feu de tout bois – même si le « concept » de « marketing viral » est un rien inquiétant (ESB, grippe aviaire…) – et inclure vidéos, photos, dessins… Nous en sommes encore qu’à l’aube de 2009 (annus horribilis ?), il est donc encore temps de prendre des bonnes résolutions. On va voir ce qu’on peut faire…

 

(1) Herbert Marshall Mc Luhan annonçait dans La Galaxie Gutenberg, la genèse de l’homme typographique (1967, Mame), que nous quittions la civilisation de l’écrit imprimé (Gutenberg) pour celle des signaux électroniques (Marconi). Ca date, ça date…

(2) Symptomatique : dans le Protocole 2005, pourtant peu économe de « partenaires » avec lesquels les missions locales doivent coopérer, on notera l’absence de la Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité et de ses chargées de mission départementales. Cette liste est un « copier-coller » du Protocole 2000 auquel ont été ajoutées quelques instances en charge les problématiques des populations d’origine étrangère. Il faut dire que Jean Gaeremynck, qui fût nommé délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) le 18 mars 2005, était auparavant directeur de la DPM, la Direction de la Population et des Migrations… On amène dans ses valises ses connaissances.

(3) Il n’y a pas que l’avant-propos d’ailleurs : le reste de la norme est un excellent guide pour une politique de gestion des ressources humaines (ou une gestion humaine des ressources) attentive à l’égalité hommes – femmes. A l’heure où la communication des missions locales est un impératif (cf. sur ce blog « Missions locales : elles ne peuvent pas ne pas communiquer », 11 septembre 2008), il y a là un outil correspondant à ce que j’avais appelé « la qualité intelligente » dans le tome 2 des Bricoleurs de l’indicible. Je persiste et je signe : même si « NF X50-784 » n’est ni sexy, ni buzz, il y a dans l’ivraie de la qualité du bon grain… dont cette norme.

Publicités
commentaires
  1. Excellente info sur ce blog. On essaie également de faire notre partie de travail.

  2. Labbe dit :

    Et oui, « on veut du cuir  » comme dirait Souchon ; je suis assez ok avec BD ; allez mon frère, un peu de couleurs, des formes, du sensuel (et pas seulement du sens), du son, de la cuisse, de la rondeur, un petit côté viandeux, qu’on sente l’air breton, la galette, le beurre salé, les bigoudaines, que diable ! Soit magnanime : tous les types que tu fustiges avec beaucoup de talents à longueur de pages restent des hommes ; ils ne méritent pas ce traitement inhumain et dégradant que tu leur imposes ; STP, assasines-les avec intelligence entre deux chansons ou derrière un coucher de soleil, que sais-je ?
    Ton frère irrévérencieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s