Ingeus et l’Afpa en concurrence

Publié: décembre 18, 2008 dans Actualité: pertinence & impertinence

Sur le site de Miroir social (1), on apprend que le Conseil Général des Hauts-de-Seine, présidé par Patrick Devedjian (2) et où siègent entre autres Isabelle Balkany (la femme de …) et Jean Sarkozy (le fils de …), bref du beau monde et c’est peu de le dire,  met en concurrence Ingeus et l’AFPA. Au regard du budget de ce département, le plus riche de France, on ne s’étonnera pas que ces édiles soient extrêmement vigilants afin que les fonds publics pour les pauvres – il s’agit d’accompagner les RMIstes – ne soient pas dilapidés. Ainsi le Département va pouvoir (sic) « optimiser sa sélection du ou des prestataires ». Et peut-être Ingeus se refaire une santé au regard de grands espoirs déçus sur la manne du contrat d’autonomie. Quoi de plus ordinaire, de plus en plus banal, que la mise en concurrence entre le privé et la mission de service public, orchestrée par une collectivité en principe en responsabilité de l’intérêt général et de la mission de service public. En principe ? Quels principes ?

« La concurrence est indirecte mais le Conseil Général des Hauts-de-Seine va pouvoir évaluer les prestations respectives d’Ingeus et l’Afpa dans le cadre de son dispositif baptisé DEO (Diagnostic Employabilité Orientation) axé sur les allocataires du RMI. Ingéus (opérateur privé des services de retour à l’emploi) et l’Afpa (acteur public de la formation) ont été sélectionnés pour répondre au même cahier des charges d’une mission qui a commencé en octobre 2008. Chaque prestataire couvre une zone géographique. Fin 2009, il sera temps de faire le bilan d’un dispositif-pilote qui vise à offrir pendant 18 mois un accompagnement sur-mesure à 5 000 bénéficiaires du RMI pour les conduire vers l’emploi ou l’insertion (selon les profils). »

«  Cette expérimentation, qui rejoint le diagnostic personnalisé prévu dans la future loi de généralisation du revenu de solidarité active (RSA), annoncée au 1er juin 2009 »,  souligne le Conseil général qui compte bien comparer les résultats du DEO avec les formes plus classiques et moins personnalisés d’accompagnement des bénéficiaires du RMI. L’expérimentation du DEO pourrait s’élargir aux 25 436 RMIstes du département. Le conseil général aura alors les indicateurs pour optimiser sa sélection du ou des prestataires. »

Enseignement des quatre scénarios du changement de la théorie des jeux : 1. On redistribue les cartes. 2. On change les règles du jeu. 3. On change les joueurs. 4. On arrête la partie. Là, on redistribue les cartes, on change les règles du jeu et on change les joueurs. Que les RMIstes ne se plaignent pas : on pourrait arrêter la partie.

 

(1) http://www.miroirsocial.com/actualite/le-conseil-general-des-hauts-de-seine-met-en-concurrence-ingeus-et-l-afpa

 (2) Séquence mémoire. Patrick Devedjian militait en 1964 dans Occident, groupuscule d’extrême-droite qui, dissous, s’est reconstitué sous le nom d’Ordre nouveau. « Quand, le 12 janvier 1967, une petite équipe d’Occident attaque les comités Vietnam sur le campus de l’université de Rouen, la « rixe » politique entraînera l’interpellation rapide d’une vingtaine de membres du groupuscule dont Gérard Longuet, Alain Madelin et Patrick Devedjian. » Libération, 8 février 2005. Cet homme, paraît-il, serait un modèle pour une politique de droite libérale et décomplexée. C’est rassurant. En fait, « décomplexer » signifie s’asseoir sur la mission de service public. Le tout est d’être averti.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s