Missions locales et Pôle Emploi : aucune concertation ?

Publié: octobre 28, 2008 dans Insertion/missions locales

La question du devenir…

Publiée au journal officiel le 21/10/2008 (page 8983), une question (n° 33028) du député UMP M. Jean-Sébastien Vialatte « appelle l’attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité sur la question du positionnement du réseau des missions locales vis-à-vis de l’opérateur unique issu de la fusion ANPE-UNEDIC. Les modalités de collaboration avec l’opérateur unique ne permettent aux missions locales, et donc à leur public, qu’un accès plus limité que précédemment aux offres d’emploi. À ce jour, il semblerait qu’aucune concertation n’ait pu avoir lieu entre ledit opérateur et l’instance ayant en charge le réseau des missions locales au niveau national, à savoir le CNML, Conseil national des missions locales. Présent sur l’ensemble du territoire national, les 489 missions locales, regroupant 11 000 salariés, exercent une mission de service public de proximité en accueillant chaque année plus d’un million de jeunes demandeurs d’insertion. Elles ont pour objectif d’accompagner les jeunes dans leur parcours d’insertion, de développer localement de nouvelles solutions d’insertion et de mettre en oeuvre des politiques publiques d’insertion des jeunes. Afin de poursuivre leurs actions, les missions locales ont besoin de connaître précisément les modalités de leur collaboration avec le nouvel opérateur unique. Aussi, il lui demande de bien vouloir l’informer sur la question du devenir des missions locales dans ce nouveau contexte. »

Gouverner c’est prévoir.

Ce n’est pas si grave ! Il reste encore deux mois avant 2009, soit une quasi-éternité de 5 443 200 secondes. Au fait, qui appelait l’État « Le maître des horloges », signifiant par là qu’il jouissait d’une perspective temporelle bien plus longue que celle des entreprises, elles souvent dans le court terme ? C’était Philippe Delmas dans un ouvrage du même nom (éditions Odile Jacob). Il écrivait ainsi : « L’État est le garant des horloges grâce auquel la lenteur nécessaire est donnée pour la gestation du futur. » (p. 83). Il est vrai que c’était en 1991 et qu’aujourd’hui virevoltages et autres gesticulations tout azimut ne font guère songer spontanément à… la gestation du futur. Illustration (parmi tant d’autres possibles…) ? Ca se passe à l’Assemblée nationale. A la question sur le plan Espoir Banlieues en mai 2008 de Jean-Jacques Candelier, député « gauche démocrate et républicaine » du Nord, la réponse qui lui a été faite, publiée le 29 juillet de cette même année dans le journal officiel, commence par ces mots : « Alors que la situation s’améliore globalement sur le marché de l’emploi… » Chacun appréciera à sa juste mesure cette maîtrise des horloges…

Voilà ce que l’on appelle de la prévision… On est rassuré.

Advertisements
commentaires
  1. Mr TANG dit :

    Je ne sais pas si cela va rassurer tous ceux qui travaillent en ML mais côté « opérateur unique », on a encore plein de questions sans réponses pour notre propre fonctionnement interne. Alors le partenariat je n’en parle même pas …

    Pour rester dans l’esprit du billet, mais en plus trivial: c’est le bordel. Et en plus on apprend aujourd’hui que le pouvoir veut accélérer les choses! Mais pour travailler comment, avec qui, dans quelles conditions (notamment salariales) et surtout dans l’intérêt de QUI ? J’ai ma petite idée là dessus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s