Directeur de mission locale mène à tout…

Publié: septembre 23, 2008 dans Au gré des lectures, Insertion/missions locales

Sous le titre « Sénatoriales. Qui sont les trois élus costarmoricains ? » (c’est-à-dire des Côtes d’Armor), Le Télégramme de Brest et de l’Ouest du 23 septembre 2008, nous révèle que, parmi ces heureux vainqueurs des urnes (tous à gauche : deux PS et un PC), une – Jacqueline Chevé – est ancienne directrice de mission locale.

« Jacqueline Chevé (PS), âgée de 47 ans, mariée, deux enfants, est née à Merdrignac. Elle est titulaire d’un IUT carrières sociales et d’un Defa (diplôme d’État de formation d’animateur). De 1982 à 1997, elle a été directrice de la Mission locale de Loudéac-Pontivy, puis assistante parlementaire du député Didier Chouat de 1997 à 2002. De 2002 à 2004, elle a été responsable d’une circonscription d’action sociale à Dinan et depuis 2004, elle est directrice d’un foyer-logements à Lamballe. Sur le plan politique, Jacqueline Chevé est militante socialiste depuis 1997, mais « sympathisante depuis belle lurette ». Conseillère municipale dans l’opposition à Loudéac, elle est également élue du groupe majoritaire au conseil régional de Bretagne. »

Deux enseignements : être directeur de mission locale mène à tout, l’essentiel est de ne pas (trop longtemps) le rester ; voilà une oreille attentive et une interlocutrice avisée pour le réseau. En ces temps, cela ne peut pas faire de mal.

Publicités
commentaires
  1. David dit :

    Sans vouloir être désobligeant avec cette nouvelle sénatrice, dont le parcours est manifestement remarquable, mais n’est-il pas aussi l’illustration d’une historique et (à mon humble avis) préjudiciable promiscuité entre un métier – directeur de ML – et la politique ? Ce n’est certainement pas propre aux ML mais force est de constater que ces fonctions de direction d’une association de service public présidée par un élu conduisent plus souvent que nécessaire à voir nommés ou promus (et donc démissionnés lorsque les alternances se produisent…) des courtisans ou des affidés dont la « loyauté », au moins à l’égard du président, est assurée ! Dès lors on peut parfois s’étonner de certaines dérives toutes plus préjudiciables à la réputation des ML telles que : l’incompétence, l’autogratification à grands frais pour la ML, l’auto promotion du calife (directeur) à la place du calife (seul légitime à porter le projet politique = le président élu local)…etc.
    Bref des liaisons souvent dangereuses (pour les ML hélas), sans vouloir en taxer cette jeune sénatrice que je ne connais pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s