50 000 vierges…

Publié: août 30, 2008 dans Au gré des lectures, Inclassable

Une dépêche de l’AFP du 28 août à la lecture de laquelle on hésite entre l’éclat de rire et le désespoir… Disons que cette dépêche et ce qu’elle produit s’inscrivent dans « la révolte contre ses conséquences » de Baudrillard.

 « 50 000 vierges coupent des roseaux avant de danser devant le roi du Swaziland » 

Plus de 50.000 vierges du Swaziland ont commencé mercredi à couper des roseaux qu’elles utiliseront pour danser, seins nus, devant le roi Mswati III, dernier monarque absolu d’Afrique, a-t-on appris jeudi auprès des organisateurs.

La cérémonie des roseaux, organisée lundi pour rendre hommage à la reine mère, devrait être plus fastueuse cette année en raison des célébrations le 6 septembre des 40 ans de l’indépendance de ce petit royaume d’Afrique australe et du 40ème anniversaire du roi.

Les jeunes filles, divisées selon leur âge pour ramasser les roseaux à Ngabezweni (près de la capitale Mbabane), retourneront en fin de semaine dans la capitale spirituelle Ludzidzini où elles danseront lundi devant le roi lors d’une cérémonie ouverte aux touristes. Elles resteront au palais jusqu’au 6 septembre en raison des festivités du 40e anniversaire.

« Je vous demande de vous tenir et d’être respectueuses afin que les touristes reviennent dans le pays en raison de votre bonne tenue. », a déclaré aux vierges la reine mère Ntombi Thwala.

Lors de la cérémonie des roseaux, Mswati III peut se choisir une nouvelle épouse, ce qu’il n’a pas fait ces quatre dernières années.

Le monarque est revenu mercredi d’un voyage au Moyen-Orient, où il a rejoint huit de ses 13 femmes parties acheter des vêtements en vue des célébrations du 6 septembre.

Ce coûteux voyage avait provoqué la colère de plus de 1500 femmes du Swaziland. Elles avaient manifesté la semaine dernière à Mbabane pour protester contre ces dépenses alors que deux-tiers de la population vivent sous le seuil de pauvreté.

Selon les organisatrices, l’argent aurait pu être utilisé pour acheter des médicaments antirétroviraux dans ce petit royaume où 40% de la population est séropositive ou malade du sida.

Depuis la semaine dernière, 41 BMW ont été livrées pour les festivités du 40e anniversaire.

Publicités
commentaires
  1. Chantrelle Jean-Christophe dit :

    Bonjour monsieur Labbé,

    je vous contacte au sujet des missions locales. En 2007/2008, en tant qu’étudiant en master 1 sociologie et développement social, j’ai réalisé deux Travaux d’étude de Recherche (ter) l’un théorique et l’autre empirique sur le thème de la mission locale.

    Un document composé de ces deux travaux s’intitule : Sociologie des interactions entre les conseillers en insertion et les jeunes : D’une relation de service à l’entrée sur le marché du travail. L’exemple de la permanence du quartier des présidents à Maubeuge.
    Dans le TER théorique ma question de départ était quels sont les enjeux de la relation conseillers en insertion-jeunes dans le cadre d’une mission locale ? Ma problématique était dans quelle mesure les interactions entre les conseillers en insertion et les jeunes résultent de logiques d’actions institutionnelles et de logiques d’actions juvéniles ?

    Le TER empirique est un travail ethnographique sur les interactions entre un conseiller en insertion d’une permanence de mission locale à Maubeuge avec les jeunes qu’il reçoit en entretien individuel. J’ai assisté à 39 entretiens entre le conseiller et les jeunes.

    Je voulais savoir quelles étaient les étapes d’insertion des jeunes dans leur carrière d’assisté à la mission locale à partir de l’observation d’entretiens individuels entre un conseiller en insertion professionnelle et des jeunes. J’ai observé 39 entretiens individuels entre le conseiller et les jeunes, 3 jeunes sur 5 étaient âgés entre 19 et 22 ans et 37% se sont inscrits entre 2002 et 2005. Dès lors on peut se demander en quoi les parcours des jeunes suivis par ce conseiller en insertion professionnelle constituent de véritables dédales ?

    Je voudrais vous joindre ce travail et avoir également votre point de vue sur un mémoire de recherche en master 2 de sociologie : La fonction de conseiller en insertion à la mission locale : entre un travail autonome et des actions contraintes.

    Ma question de départ est quelles sont les contraintes des conseillers en insertion dans l’exercice de leur emploi ?
    La problématique de cette recherche serait en quoi les conseillers en insertion sont autonomes dans leur interaction avec les jeunes mais sont contraints par un contrôle gestionnaire dans leur pratique ?
    des conseillers dans l’organisation de la mission locale, les rôles des conseillers en insertion, l’évolution de ces rôles en repartant à l’origine des missions locales et du rapport Schwartz.
    Le second axe concerne l’autonomie des conseillers en insertion dans l’interaction avec les jeunes : l’autonomie dans la gestion des entretiens et du suivi ainsi que dans la façon de se comporter avec les jeunes.
    Le troisième axe a attrait aux contraintes du contrôle gestionnaire autour des objectifs, de quotas à atteindre par rapport au nombre de jeunes dans les dispositifs, du logiciel de suivi des jeunes parcours3, des réunions de coordination et de mutualisation des expériences dans l’optique d’une démarche qualité et d’une meilleure efficacité d’intervention, de l’agenda électronique à remplir exhaustivement.

    merci, cordialement, en espérant un retour de votre part. Excusez moi de la longueur de ce commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s