Les articles du Monde auxquels vous avez échappé cet été. 1/2

Publié: août 24, 2008 dans Au gré des lectures

Lorsque l’on est abonné et qu’on ne prend pas le soin de suspendre l’abonnement durant les vacances, au retour c’est une pile de journaux qui vous attend. Lecture rapide, partielle, partiale, d’un mois du Monde.

Du 18 au 31 juillet aujourd’hui. Du 1er au 18 août demain. Un mois tout rond.

 18 juillet. Méduses. Les méduses pullulent en Méditerranée. Explication : la surpêche des thons et la disparition des tortues, leurs prédateurs. Rien à voir (a priori) avec le social ou l’insertion. Mais on peut chercher.

18 juillet encore. Généalogie. Portrait d’une page sur les deux jumeaux, Bernard et Jean-Louis Debré. Le premier médecin balladurien (ex-ministre de la coopération d’Édouard Balladur), le second magistrat chiraquien jusqu’à devenir président de l’Assemblée nationale puis du Conseil constitutionnel. Debré, c’est le nom des fils de Michel (brocardé avec un entonnoir) et c’est celui de la mère de Bertrand (les missions locales) et de Laurent… Schwartz (la médaille Fields). Le monde est petit.

19 juillet. Forfait. Le sudoku est indiqué « très difficile ». Déjà les « facile » du Monde, j’ai du mal. Je renonce. Il faut savoir reconnaître ses limites. Elles commencent à « moyen ».

20-21 juillet. Panique morale. Jean-Michel Dumay signe en page 2 une chronique, « Avenir incertain, jeunesses extrêmes », où il est question des alcoolisations rapides (« binge drinking », littéralement « beuverie »), et cite Christian Baudelot : « … priver d’emploi sérieux des jeunes mieux formés que leurs parents, c’est instiller le doute sur les valeurs centrales de l’investissement éducatif dans les familles comme sur la légitimité du pouvoir dans la vie professionnelle. » Cité également Philippe Jeammet, psychiatre et psychanalyste, qui observe « que le temps n’étant plus à l’arbitraire éducatif et à l’autorité indiscutablement légitime, les ados d’aujourd’hui demeureraient prisonniers de leurs contradictions (qui sont le propre de l’enfance), les adultes ayant déserté le face-à-face formateur qui contribuait à forger le caractère des aînés. » L’altérité, concept-clé de la socialisation comme l’approche globale est celui de l’insertion. On se tue à le répéter.

22 juillet. Compression. On peut s’attendre à ce que Sauvons la recherche revienne sur le devant de la scène, 900 postes devant être supprimés en 2009 dans l’enseignement supérieur et la recherche. Valérie Pécresse a obtenu le consensus syndical… contre elle et le projet du ministère. En 2008, « le ministère avait échappé aux compressions d’effectifs de la fonction publique. » Il est vrai que c’était un peu tôt pour revenir sur des engagements pris dans le feu de l’action. Deux ans après et durant la trêve estivale, c’est tactiquement mieux.

22 juillet encore. Discrimination positive. « Le chef de l’État souhaite aussi faire évoluer le socle de valeurs de la République inscrit dans le préambule de la Constitution » particulièrement en ce qui concerne la discrimination positive. « La discrimination positive fonde déjà un certain nombre de politiques publiques (zone d’éducation prioritaire, politique de la ville…). Elles reposent néanmoins sur des bases sociales et territoriales. Faut-il accorder des droits spécifiques à des individus appartenant à des minorités ? Telle est la question posée aujourd’hui. » Dans son rapport du Commissariat général du Plan La France de l’an 2000 (éditions Odile Jacob-La Documentation française, 1994), Alain Minc n’avait pas hésité à écrire sur ce thème : « Dans un tel contexte, il faut identifier les inégalités inefficaces et injustes qui doivent être combattues, développer les formes d’équité qui sont un facteur d’efficacité, et trouver le niveau acceptable d’inégalités nécessaires pour assurer le dynamisme de l’économie. Cela suppose une réflexion sur l’optimum que la société souhaite. » (p. 89). Beau projet, biberonné à l’économie libérale (le célèbre « optimum de Pareto »), que de trouver le niveau acceptable d’inégalités… Les Lumières se retournent dans leurs tombes.

22 juillet enfin. Pauvre laïcité. Un long article d’une page est consacré à Tony Blair avec comme légende « Je rêve que la foi apporte sens et valeurs à une globalisation chaotique. » Nicolas Sarkozy, par ailleurs chanoine d’honneur de Latran, accompagné au Vatican de Jean-Marie Bigard (fin lettré, auteur du « Lâcher de salopes »), avait prononcé un discours de repentance le 20 décembre 2007 où il apparaissait que « la morale laïque risque toujours de s’épuiser quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini. » Il ne parlait pas d’astronomie.

23 juillet. Addiction. « Le jeu a été inscrit pour la première fois dans le plan de lutte contre les addictions 2007-2011. Les experts préconisent des mesures de contrôle. » Au Québec, des Carrefours jeunesse-emploi organisent des sessions pour les jeunes en insertion sur le thème du jeu compulsif (cf. « Des missions locales au Québec ? 3/4 »). Ils ont raison : « La plupart des enquêtes épidémiologiques menées en population générale identifient le sexe (masculin) et l’âge (adolescents et jeunes adultes) comme facteurs associés au jeu problématique. » La société du spectacle et sa trilogie « Morpion-Grolo-Loto ».

24 juillet. Travailler plus longtemps. Rien ce jour. Un sudoku de force moyenne. Ah, si ! Un article de Christine Lagarde, Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez, « Emploi des seniors : arrêter le gâchis ». Un taux d’emploi de 38,3 %, etc. on connaît les données, les premiers de classe culpabilisants (la Suède avec un taux d’emploi des seniors de 70 %) et les arguments. Au fait, parlant de Xavier Bertrand… Télérama l’a étrillé dans son numéro du 18 juin 2008, « Solidaire avec lui-même » (Michel Abescat). Extrait : « Membre éminent d’un gouvernement et chouchou d’un président qui n’ont eu de cesse de démolir toutes les formes de solidarité sociale (travailleurs/chômeurs, bien-portants/malades, actifs/retraités), Xavier Bertrand ose se proclamer ministre de la « Solidarité ». Curieuse époque tout de même, où les mots sont ainsi vidés de leur sens. Sans doute est-cela la modernité dont Xavier Bertrand et consorts nous rebattent les oreilles. »

25 juillet. DAB. Retour sur DGS (Denis Gautier-Sauvagnac), alias DAB (distributeur automatique de billets), ex-patron de l’UIMM, avec une page entière « UIMM : une faille dans le mur du silence ». Voir sur ce site : « Une tumeur au cerveau : l’exemplarité des élites » (17 mai 2008), « Gagner plus… entre soi » (15 mai).

25 juillet encore. Agit’prop. C’est un joli nom, Edvige… mais c’est l’acronyme d’un fichier policier, « Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale ». Déjà moins joli. 328 associations, syndicats et partis politiques ont signé l’appel pour obtenir l’abandon de ce fichier : Amnesty International, la CFDT, FO… C’est à http://nonaedvige.ras.eu.org/

26 juillet. Gens de peu. On en pense ce que l’on veut mais ce qu’écrit François Bayrou dans l’article « Bernard Tapie ou l’abaissement de l’État » sonne juste. Mesurant les royalties – payés par le contribuable – que l’homme d’affaires et ex-ministre de la ville va obtenir à partir d’un arbitrage litigieux (« c’est l’équivalent de la totalité des salaires annuels des 11 000 postes d’enseignants supprimés cette année… »), Bayrou s’inscrit dans la lignée d’un humanisme social, certes de droite centriste, aussi critiqué par la gauche radicale que, lors de grandes situations historiques (la seconde guerre mondiale, les guerres de libération coloniale…), capable avec elle de réaliser l’union sacrée : « … Pendant ce temps, on pressure les pauvres gens jusqu’au dernier centime. On va supprimer les allocations aux chômeurs qui refuseront un emploi trop éloigné de chez eux ou sous-payé. Je connais une jeune femme qui a été contrainte de rembourser une année de RMI parce qu’elle avait fait quelques heures de ménage sans les déclarer. Les faibles sont sans défense, mais le pouvoir enrichit avec complaisance ses affidés. » Je n’aurais pas écrit « les pauvres gens » mais, comme Pierre Sansot, « les gens de peu » (PUF, 1992). Pour le reste, je suis d’accord.

27-28 juillet. Dopage. Axel Khan en page des sports, c’est inhabituel pour ce généticien qui alimente et guide le débat sur l’éthique médicale et, plus largement, des sciences. Extrait : « La morale universelle, c’est de limiter la manifestation des inégalités physiques. La morale sportive, c’est que le meilleur gagne. Au regard de la morale universelle, la morale sportive est donc immorale. {…} Le sport est un terrain d’ombre et de lumière. La lumière qu’on applaudit, et l’ombre qui est en résonance avec la mécanique intime de l’âme humaine. Le sport est pour moi un bon terrain de réflexion sur l’homme. » Voilà qui change du slogan « Bougez, éliminez » et du postulat « Le sport, c’est bon pour tout : la santé, les jeunes… »

29 juillet. Ça ne s’invente pas. En couverture du Monde, « Rachida Dati veut développer une prison hors des murs ». Ce qui, littéralement, reviendrait à mettre en prison tous ceux qui n’y sont pas. Qu’on se rassure, son projet de loi pénitentiaire vise à « lutter contre la récidive par la réinsertion de la personne condamnée. Cela passe par le développement des aménagements de peine, grâce à la surveillance électronique et l’assignation à résidence des personnes en attente de jugement… » Ouf. Avec Edvidge, on ne sait jamais (voir supra « 25 juillet encore. Agit’prop. »).

30 juillet. Nécrologie. Georges Lapassade est décédé. Avec René Lourau, il fût l’un des fondateurs de l’analyse institutionnelle. Tous les éducateurs quinquagénaires (et plus) ont eu dans leur cartable L’entrée dans la vie (1963, éditions de Minuit). Un philosophe, un sociologue, un anthropologue. Engagé.

30 juillet encore. Joli couple au chômage. Serge Tchuruk – ex-PDG d’Alcatel qui appelait de ses vœux en 2001 « l’entreprise sans usines » (1) – et Pat Russo du groupe Lucent dirigeaient Alcatel-Lucent issu de la fusion entre les deux entreprises. Ces deux-là cumulent ensemble plus de vingt milles licenciements. Ils sont l’un et l’autre débarqués. Qu’on se rassure : en parachute avec quelques millions d’euros pour bons et loyaux services.

30 juillet toujours. Dialogue social. Le même jour, accord chez Nexter (ex-GIAT Industries) pour augmenter le temps de travail (de 200 à 250 heures par an). « On n’adhère pas à cet accord mais il nous a préservé du pire. » explique un administrateur CFDT. C’est ce que l’on appelle « le dialogue social ». Égalitaire.

30 juillet enfin. Eau et vin. « Près d’un sixième de l’humanité n’a pas accès à l’eau potable. » Autre scandale : sans doute plus n’ont pas accès à cette bouteille de romanée-conti vendue 11 000 euros à un client assoiffé dans un palace parisien (lire demain « 12 août. SDF, tôlard »).

31 juillet. Parité. « La moitié des 33 millions de séropositifs sont des femmes. » A défaut d’être aussi bien représentées à l’Assemblée nationale.

31 juillet encore. Vases communicants. Pariant sur une amélioration de la situation de l’emploi, François Fillon demande « aux syndicats et au patronat de réduire les cotisations d’assurance-chômage, afin de permettre un relèvement des cotisations vieillesse pour assurer l’équilibre des comptes d’ici à 2020. » Le problème est que, de leurs côtés, « les économistes prévoient une remontée du chômage en 2009. » C’était le 31 juillet. Ce qui arrivera en août semble donner raison aux seconds.

 A suivre…

(1) Serge Tchuruk est une source d’inspiration comme on pourra le constater à la page 102 des Bricoleurs de l’indicible, 2003, tome 1.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s