Intégrer les missions locales dans les maisons de l’emploi : une fausse bonne idée

Publié: juin 19, 2008 dans 1

Aujourd’hui 17 juin 2008, sur le site localtis.info de la Caisse des Dépôts, une interview d’Annie Jeanne, Présidente de l’ANDML.

Rappelons en substance que le rapport sur les maisons de l’emploi qui vient d’être présenté le 11 juin par Mme Marie-Christine Dalloz, députée UMP, recommande en conclusion l’ « intégration progressive des plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE) et des comités de bassin de l’emploi (CBE) au sein des maisons de l’emploi, sous peine de refus de leur agrément lorsque ces structures se constituent sur le territoire d’une maison de l’emploi. » Il est par contre beaucoup plus prudent en ce qui concerne les missions locales, même si pour Pierre Méhaignerie « Dans certaines maisons de l’emploi, les missions locales pourraient fusionner avec l’ensemble du dispositif, afin d’éviter la superposition de structures qui ne communiqueraient plus entre elles. » Dans son rapport, Mme Marie-Christine Dalloz écrit ainsi : « Quant aux missions locales qui ont la charge de l’insertion des jeunes demandeurs d’emploi, après avoir craint que la création des maisons de l’emploi ne signifie leur propre disparition, elles ont établi, en leur apportant parfois leurs propres financements, une véritable collaboration avec ces dernières, notamment sur leurs missions d’observation du territoire et d’accès à l’emploi. Dans certains cas, une fusion complète des services des uns et des autres s’en est suivie, la mission locale devenant alors le bras armé de la maison de l’emploi sur les jeunes publics. » Rappelons également que l’idée d’une fusion entre les maisons de l’emploi et les missions locales est à exclure selon le CNML. Cette proposition, issue d’un autre rapport sur les maisons de l’emploi du député Jean-Paul Anciaux (UMP), dont la première partie a été publiée le 10 janvier 2008 et dont la version définitive est attendue, déplaît fortement au CNML pour qui « Les missions locales doivent faire partie du premier cercle des maisons de l’emploi, comme membres constitutifs si elles le souhaitent ou comme partenaires associés. Elles doivent conserver leurs activités propres en direction des jeunes, ainsi que leur personnalité juridique. »

Localtis: Que pensez-vous de la proposition de Jean-Paul Anciaux de fusionner les missions locales avec les maisons de l’emploi ?

Annie Jeanne :  « C’est une fausse bonne idée pour plusieurs raisons. D’abord les missions locales existent depuis 1982 et couvrent la totalité du territoire français. Elles travaillent en étroite collaboration avec les collectivités locales, les communes, les communautés de communes, les conseils généraux et régionaux. Si vous regardez les maisons de l’emploi, on en est loin : elles ne sont pas présentes sur tout le territoire. D’autre part, les missions locales ont une spécificité : elles s’occupent des jeunes avec un travail de proximité. 1,2 million de jeunes sont en contact avec les missions locales, une proportion beaucoup plus modeste dans les maisons de l’emploi. Enfin, pour cette population, il est indispensable d’avoir une approche éducative et pédagogique qui n’est pas nécessaire pour les autres populations. Nous devons apporter à ces jeunes non seulement un emploi, mais l’accès à l’autonomie. »

Localtis: « Comment envisagez-vous le positionnement des missions locales dans le service public de l’emploi réformé ? »

A.J. : « Les missions locales sont déjà intégrées dans le service public de l’emploi. Elles ont une convention de partenariat renforcé avec l’ANPE et se chargent d’une population, les jeunes, que l’ANPE ne sait pas traiter. On est dans une complémentarité harmonieuse. Nous pensons qu’il faut conserver les missions locales en tant qu’entités indépendantes car elles ont une approche globale des problématiques d’insertion des jeunes : le logement, les déplacements, etc. Une approche globale qui risque d’être abandonnée au profit d’objectifs à court terme. Nous considérons qu’il ne faut pas traiter ces questions de manière segmentée. »

Localtis: « Comment allez-vous défendre cette position ? »

A.J. : « Le Conseil national des missions locales (CNML), qui conseille le gouvernement, l’Union nationale des missions locales (UNML), regroupant les présidents des missions, et notre association partageons la même vision. Le CNML est en train de lancer une consultation nationale basée sur cinq questions (le public, l’offre de service, l’accès à l’offre d’emploi, le pilotage et le financement) et des auditions pour étudier les stratégies envisageables de positionnement des missions locales au sein du service public de l’emploi réformé. Je dois prochainement rencontrer le CNML pour en discuter. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s