L’insertion des jeunes n’est pas une marchandise. Vers une pétition nationale ?

Publié: juin 3, 2008 dans Agit'Prop, Insertion/missions locales

Vendredi dernier, reçu par courriel un document de la  CGT organismes sociaux daté du 26 mai 2008, Plan Espoir Banlieues. Volet Emploi (téléchargeable à http://cgtmlpaio.org/documents/Plan-Espoir-Banlieues-critique-CGT-Mai-2008.pdf). En première lecture, très intéressant : complet, clair, analytique, critique… 

Lundi, je participais à la rencontre départementale des missions locales du Val d’Oise, à Cergy où environ 200 professionnels étaient présents. Allocution introductive du préfet chargé de l’égalité des chances qui conclut par un rapprochement surprenant entre le Plan Espoir Banlieues et L’Espoir de Malraux. Un instant, je me suis imaginé lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon (http://www.dailymotion.com/video/xd3jb_malraux-jean-moulin-au-pantheon ), le préfet grave, héroïquement trempé sous la pluie de ce 19 décembre 1964, nous haranguant  sur fond de roulement de tambours et chorale entonnant L’hymne des partisans… « le vol noir des corbeaux sur nos plaines » ou, en l’occurrence et version missions locales, celui des OPP sur notre mission de service public.  Le préfet, ne manquant ni de références littéraires, ni d’audace rhétorique, conclut en s’adressant à la salle : « Vous êtes irremplaçables ». Sauf, sans doute, par les OPP.

 Lors de la pause matinale et durant le déjeuner, plusieurs professionnels, directeurs inclus, me font part de leur appréciation très positive sur l’analyse de la CGT. Plusieurs également ne comprennent pas et se désolent que « le réseau » ne se mobilise pas à une plus grande échelle.

 

En dix pages, Plan Espoir Banlieues. Volet Emploi constitue selon ses propres termes « un argumentaire plus conséquent contre ce projet de contrat d’autonomie pour les jeunes issus des CUCS ». En dix points, d’ « Un projet qui échappe à ce qui devrait fonder les politiques de l’emploi : l’évaluation, la coordination et la cohérence » à « Réduire les écarts », la CGT aboutit  à cinq conclusions et trois préconisations. On ne peut que regretter l’absence dans les conclusions d’un des premiers constats majeurs pourtant justement développé dans le texte, la privatisation de la politique publique de l’emploi des jeunes en totale contradiction et incohérence avec le code du travail et la loi de programmation pour la cohésion sociale. Les trois préconisations :

« Une évaluation rigoureuse

L’accompagnement des jeunes des quartiers par le  réseau des ML/PAIO doit faire l’objet d’une évaluation.

Repenser le dispositif

Il faut repenser l’aspect emploi du Plan Banlieues, en  confiant au réseau des ML/PAIO sa mise en oeuvre, en renforçant le partenariat avec les entreprises qui se sont engagées à embaucher des jeunes sans contreparties financières.

Une concertation territoriale

L’accompagnement à l’emploi des jeunes des quartiers « CUCS » ne peut se mettre en œuvre sans une concertation avec les représentants des collectivités territoriales. Il devrait s’inscrire dans le cadre de Contrats d’Objectifs et de Moyens entre l’Etat et les Régions. »

 Rien à y redire donc, tant sur le fond que sur la forme. Sauf que… qu’en fait-on désormais ? D’où l’idée d’une pétition nationale à diffuser, à faire signer par les acteurs du réseau (professionnels, élus…) et par les partenaires. Les missions locales, ce sont 11 000 salariés, 500 conseils d’administration peuplés d’acteurs locaux responsables et décisifs, des partenaires multiples (OF, IAE…). Question n°1 : qui peut être à l’origine d’une telle pétition ? Question n°2 : une pétition… et alors ?

 

Réponse à la question n°1. Sur le thème, inspiré d’un slogan d’assureur (plus ou moins) « militant », « L’insertion des jeunes n’est pas une marchandise », le débat est ouvert pour savoir qui serait le mieux placé pour être à l’origine de cette pétition puis la porter… mais son impact sera d’autant plus fort qu’elle pourra être proposée et signée dans des délais brefs : en face, cela va vite, très vite. N’hésitez donc pas, surtout pas, à faire des propositions : organisations professionnelles, intersyndicale, individus… Michel Abhervé me disait fort justement il y a quelques jours « Lorsque l’État abandonne la mission de service public, c’est aux citoyens de la défendre. » Consulté en moyenne et quotidiennement par 300 personnes, ce blog peut être un point de départ, quitte à ce que ceux qui seront considérés comme les plus « légitimes » et efficaces prennent le relais.

Réponse à la question n°2. Une pétition nationale offrirait au moins deux intérêts : objectiver les conditions possibles d’un rapport de forces, puisque jusqu’à présent, si les réactions sont nombreuses (ANDML, UNML, des ARML, les syndicats, l’ARF…), elles n’éclosent qu’en ordre dispersé, il leur manque une émulsion, une mise en synergie ; « la conscience naît de l’action », aimait-on répéter à l’époque dont il faudrait, selon certains, liquider l’héritage. On peut espérer – l’espoir, encore – que cette pétition constituera un mouvement, une situation c’est-à-dire le moment où les spectateurs deviennent acteurs… à charge à ceux-ci de s’organiser pour porter collectivement la parole d’un réseau et, plus largement, celle des jeunes dans une conception non-marchande, animée par l’intérêt général, inscrite dans la mission de service public et inspirée par la philosophie de l’éducation populaire dont les missions locales sont issues… éducation populaire dont deux des thèmes constants, depuis Condorcet, sont le changement social et l’émancipation.

 

 

 

 

Publicités
commentaires
  1. Jean Philippe REVEL (CGT ML/PAIO) dit :

    La CGT travaille à cette mobilisation et aux formes qu’elle pourrait prendre …
    Les partenaires sociaux de la branche peuvent être des initiateurs et des fédérateurs en la matière.

    S’agissant de notre document d’analyse critique, et sur le fait que nos conclusions ne reprennent pas la « vente aux marchands » de l’accompagnement/placement des jeunes, vous avez sans doute raison …mais notre communiqué de presse était assez explicite sur ce thème …

    cordialement,
    jean philippe Rvel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s