Contrat d’autonomie : la relativité du temps… Suite.

Publié: mai 14, 2008 dans Insertion/missions locales, Politiques d'emploi

Dans le prolongement de mon article, « Contrat d’autonomie : la relativité du temps », on trouve confirmation de ce qui frise le délit d’initié en allant sur le site d’Adecco (http://www.adecco.fr/Channels/AdeccoTT/5_actualites/1_Actualites/news_c1.asp) dont, soit dit en passant, le slogan « better work, better life  (travailler mieux, vivre mieux) doit caresser voluptueusement les tympans des communicants élyséens. L’ « engagement » de contribuer à la réussite du Plan Avenir Banlieue, dont la mesure phare est le « contrat d’autonomie » donnant lieu à un appel d’offres public publié le 29 mars, a donc bien été pris le 15 févrieret signé avec la ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi ainsi qu’avec la Secrétaire d’État chargée de la politique de la Ville. Celles et ceux qui, accoutumés, répondent à des appels d’offres dont les conditions de conformité justifient autant sinon plus d’effort que la rédaction de l’offre (attestations pléthoriques, remise chronométrée des offres, ouverture des plis…) apprécieront l’égalité de traitement et comprendront le hiatus.

L’engagement : 

« Le Groupe Adecco s’engage auprès des jeunes issus des zones urbaines sensibles.

Le Groupe Adecco a signé le 15 février 2008 avec Mesdames les Ministres Christine Lagarde (Ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi) et Fadela Amara (Secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville) un « engagement national pour les jeunes des quartiers » visant à mettre à l’emploi un nombre important de jeunes issus des zones urbaines sensibles.

Le Groupe Adecco a pris plusieurs engagements : 

– Informer et promouvoir les métiers de l’entreprise (en collaboration avec l’ANPE)
- Favoriser la découverte de l’entreprise
- Faciliter l’accès à l’emploi des jeunes issus des quartiers de la politique de la Ville.
Qui se déclinent en trois orientations : 


– La mise à l’emploi par des CDD, des CDI ou des contrats de mission de plus de 6 mois


– L’accès au stage


– Le placement d’apprentis et de jeunes en formation en alternance ;

Par son expertise en la matière, avec ses plus de 1500 agences d’emploi réparties sur toute la France, le Groupe Adecco, acteur majeur de l’emploi et N°1 de son secteur exprime sa volonté de participer pleinement au plein emploi pour tous. »

 

Adecco n’est pas la seule ETT à  s’engager dans cette dynamique « citoyenne » (1) et l’on attend à coup sûr son argumentaire et celui de ses confrères de l’intérim – parions-le – sur fond de « responsabilité sociale de l’entreprise » (RSE). Manpower a une longueur d’avance avec des pleines pages de publicité dans Le Monde depuis plusieurs jours (2). Exemple (sur une page entière) : :

“Un jeune Français a 2 fois plus de risque d’être chômeur qu’un jeune Allemand. Et 4 fois plus qu’un jeune Danois. Arrêtons le gâchis. Imaginons de nouvelles solutions, vite. Connecter les entreprises et les talents, proposer tous les contrats, combattre le clonage des profils et des recherches, accompagner les entreprises dans leur développement et les candidats dans leur parcours professionnel, permettre à chacun d’accéder équitablement à l’emploi, se battre pour l’égalité des chances: voilà comment nous contribuons chaque jour à rendre le marché du travail plus sûr, plus souple, plus innovant.”
Manpower. Créateur de solutions pour l’emploi. »


Il y a ceux qui rament et se placent et il y a ceux qui brament et se déclassent. Les missions locales, dont il faut rappeler qu’elles ont, par la loi et au titre de la mission de service public,  la responsabilité de l’insertion des jeunes,  me font parfois penser à d’ingénues jeunes filles, se promenant en déshabillé de soie transparent, la nuit, dans une zone urbaine sensible. Charmantes, ingénues et inconscientes…


(1) Dynamique citoyenne fondée sur le principe que « charité bien ordonnée commence par soi-même » : Adecco  publiait le 6 mai « un bénéfice net en hausse de 3% à 137 Millions d’Euros généré lors du premier trimestre 2008. Le résultat opérationnel progresse de 8% à 205 ME, la marge d’exploitation s’est élevée à 4,1% après 3,8%. Sur la période, la société a vu son activité atteindre 5,03 MdsE, contre 4,99 MdsE en 2006 ». (http://fr.biz.yahoo.com/06052008/17/adecco-resultat-net-en-hausse-de-3-en-debut-d.html)

(2) En ces temps de commémoration soixante-huitarde, on comprendra la congruence entre la « culture » de Manpower et la thématique de « liquider l’héritage de 68 » en lisant l’ouvrage de Michaël Grunelius, créateur de Manpower, Du travail et des hommes (2003, Perrin). Extrait pages 75-76 : mai 1968, Michaël Grunélius – l’auteur – vient à son agence du boulevard Voltaire : « Les révolutionnaires couvrirent les murs de l’immeuble de peintures guerrières et d’injures, et se mirent à y célébrer jour et nuit, à grand renfort de slogans, de vin rouge et de baguettes-camembert, les joyeuses obsèques de l’ancien monde. {…} Un samedi matin, vers 10 heures, sans prévenir qui que ce fût, je fis mon entrée dans l’antre de la contestation. Une foule s’y pressait, au milieu de caisses de vin et de sacs de couchage. L’endroit dégageait une odeur puissante. Je me présentai sereinement : « Bonjour. Je suis le patron de Manpower. » Aussitôt, le rideau de fer fut baissé. J’étais enfermé. Des injures fusèrent de toutes parts et quelques gros bras exprimèrent d’une voix sonore leur intention de me « casser la gueule »… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s